Hyperborea : Les dieux ont-ils des dieux ? [avis]

Pour l’humanité, l’inconnu est effrayant et c’est ce pour quoi l’attente concernant les divinités est énorme ! Et pour les dieux eux-mêmes, qu’en est-il lorsqu’ils sont confrontés au panthéon qu’ils vénèrent ? Une chose sure : la population de la Terre va en payer le prix !
■ par Dragnir

 

 

Depuis la nuit des temps Nimrod champion des Hyperboréens veille sur l’humanité et nous préserve d’évènements funestes. On devine ses actions plus qu’on ne les voit mais il est des itérations de dieux dont l’origine ne laisse que peu de doute. Pourtant, ses semblables lui reprochent trop d’ingérences dans la vie des hommes. C’est loin de s’arranger car un éminent scientifique découvre l’existence des divins hyperboréens. Aussi, Nimrod prend la décision d’entrer en contact avec le Professeur en question se condamnant du même coup à la disgrâce et donc à la perte de ses pouvoirs divins. C’est dans ces moments de crise difficiles que reviennent parmi nous les Alphas, les dieux des dieux créateurs des Hyperboréens. Combles de l’horreur, ces hautes divinités ne s’avèrent pas bienveillantes bien au contraire car elles commencent à détruire méthodiquement les villes en décimant leur population ! Que va donc pouvoir faire le protecteur de notre planète ? Osera-t-il s’opposer à la volonté de ses propres dieux ?

 

 

Hyperborea, Un récit prométhéen !

Dans Hyperborea, nous sommes face à la création d’une nouvelle mythologie à la fois très familière mais pourtant originale. Les noms de Nimrod ou d’Hénoch sont clairement d’inspiration biblique et l’organisation du panthéon polythéiste des Hyperboréens nous rappelle l’Olympe. Mais, dans une certaine mesure, tout ceci est passé à la moulinette super-héroïque que ne renierait pas Jack Kirby. L’apparence mais aussi l’attitude noble et protectrice des personnages hyperboréens conviendrait parfaitement aux univers DC ou Marvel tout en proposant autre chose. Ici pas de supervilains à la docteur Fatalis ou comme le Joker, non nous avons affaire aux dieux des dieux et il va falloir les mettre à bas pour que survivent les humains. Vous l’aurez compris, le niveau d’adversité est donc assez énorme et est l’occasion de questionnements philosophiques et théologiques. Ce que nous propose le scénariste d’Hyperborea, Abdelkader Lhakkouri, est une révision du mythe de Prométhée et donc de la place de l’humain face à la puissance de forces qui le dépassent. L’homme face au divin et face à sa capacité de se transcender.

 

 

Intelligent et plein d’action

Présenté comme je viens de le faire, certains se diront qu’Hyperborea est une œuvre roborative, intellectualisante et par conséquent ennuyante. Ce serait une regrettable erreur car Hyperborea, l’ire des dieux est un récit trépidant sans pour autant négliger une mise en place soignée de Carlos Valdeira qui facilite l’immersion. Les actions des différents protagonistes sont tout bonnement épiques et le résultat des confrontations simplement cataclysmique. On ressent donc pleinement toute la puissance à la fois des divinités en question mais aussi des enjeux. D’un point de vue graphique, le trait d’ Hyperborea est assuré voire même si de petites imperfections subsistent. Mais il convient de saluer le courage du dessinateur qui s’expose à cœur ouvert dans un exercice de noir et blanc qui pourrait être on ne peut plus périlleux mais s’avère tout à fait payant quant au plaisir de lecture. Cet album francobelge finalement très comics ne laisse qu’un seul regret ; celui d’être un récit complet. Car on en voudrait encore et bien plus !!




A propos Dragnir 44 Articles
Dragnir , c'est 120 kilos d'amour des comics ! Lecteur depuis plus de 40 ans, il est désormais muni d'un cal au pouce de plus de 9 cm a force de tourner les pages des comics indépendants voire underground US ou UK dont il s'est fait une spécialité.