Green Arrow – The Longbow Hunters : un récit essentiel pour Oliver Queen, l’Archer vert de DC Comics !

Shado
(image © DC Comics)

 

L’ombre et les flammes

Green Arrow : The Longbow Hunters présente aux lecteurs de nouveaux personnages qui prendront une place importante dans la vie d’Oliver Queen. La 1re , Shado, est une archère aux ordres des yakuza. Elle permet d’abord d’illustrer l’âge de Green Arrow par sa propre jeunesse. De fait, le récit met en parallèle Shado et le héros. Oliver Queen prenait l’archerie comme un loisir avant d’être forcé à chasser pour se nourrir. Shado devient archère par devoir. Green Arrow est un autodidacte, Shado suit la voie du kyūdō, art martial japonais de l’arc. Lui est un ancien milliardaire ayant perdu sa fortune, elle est la fille d’un Yakuza forcé de livrer une cache d’or de son clan. Contrairement à ce que laisse entendre le 4de couverture, il n’y a ici aucune romance entre les 2 personnages (ni plus tard d’ailleurs.) Shado représente la moralité glissante du héros, et le met face à ses contradictions. Pourquoi lui refuse-t-il la vengeance qui a lui-même assouvi ? Plus discret, Green Arrow : The Longbow Hunters marque également l’apparition d’Eddie Fyers  (ici nommé Fyres), ambivalent mercenaire qui deviendra tour à tour allié et ennemi d’Oliver Queen.

 

Alan Moore Klaus Janson
(image © DC Comics)

 

Une forme olympique

L’histoire qui suit précède de 2 ans The Longbow Hunters mais en partage plusieurs thèmes. La Nuit des Olympiades, histoire d’Alan Moore et de Klaus Janson, est un récit backup de Detective Comics n° 549 et 550. Un dénommé Pete Lomax s’arme d’un arc et attaque par surprise Green Arrow et Black Canary. Il blesse grièvement Dinah Lance. Oliver Queen part alors à sa poursuite. En surface, on découvre ici plusieurs éléments du récit de Mike Grell. Black Canary blessée par des criminels normaux plutôt que des supervilains, un désir de vengeance du héros. Pour autant, je trouve les 2 histoires aux antipodes l’une de l’autre. Alors que The Longbow Hunters montre des héros très humains, Alan Moore montre les héros comme des surhommes. Un gag récurrent montre un criminel qui a développé une véritable phobie des superhéros. Pete Lomax s’attaque spécifiquement aux justiciers costumés, mais Green Arrow lui montre la différence entre un archer et un expert en le submergeant de flèches sans le toucher. Le personnage s’évanouit, dépassé par Green Arrow. Il y a quelques mois, j’ai eu une discussion sur Facebook avec un lecteur qui me soutenait que Green Arrow tuait Pete Lomax. Outre le fait que The Longbow Hunters nie ce meurtre en n’imputant qu’une mort à Oliver Queen (j’y reviendrais plus loin), l’idée de ce récit est de montrer la supériorité écrasante des superhéros sur l’homme du commun. Tuer ce personnage reviendrait à lui donner une importance qu’il ne mérite pas.

 

Black Canary combat
(image © DC Comics)

 

Un choix surprenant

Le dernier récit de ce tome est consacré à Black Canary. Ce récit d’Adventure Comics 418 et 419 voit la belle donner des cours d’autodéfense à un groupe féministe. Cependant, elle découvre que ses élèves sont des criminelles lorsque celles-ci appliquent ses leçons pour faire évader leur leader, Catwoman ! Cette aventure est entrée dans l’histoire. Si vous avez déjà vu un combat d’une page entre Black Canary et un homme qui la dépasse d’une tête, il vient de là ! La séquence, si marquante, est un chef d’œuvre de fluidité de la part de l’artiste Alex Toth. Si l’intégration de cette histoire dans cet album permet à Dinah Lance d’avoir un véritable rôle autre que celui d’une victime, il me paraît cependant dissonant. En tant que lecteur, j’aurais préféré voir publier un autre récit. Celui du meurtre commis par Oliver Queen avant The Longbow Hunters, à savoir les backups de la série Flash n°217 et suivant. Alors qu’il tente de stopper un criminel, Green Arrow rate son tir et tue accidentellement sa cible. Après ce meurtre accidentel, Oliver Queen abandonne son identité et se retire dans un ashram, un ermitage pendant plusieurs mois. Jusqu’à ce qu’un maître lui enseigne l’art zen du tir à l’arc et lui redonne confiance en lui. Un autre jalon dans la carrière du héros, essentiel pour le personnage, qui aurait bien complété ce Longbow Hunters particulièrement charnière dans l’histoire de Green Arrow. ■

 

Longbow Hunters couverture
(image © DC Comics)

Green Arrow : Les Prédateurs est un comics publié par Urban Comics. Il contient Green Arrow: The Longbow Hunters n°1 à 3 ainsi que des récits provenant de Detective Comics 549 et 550 et de Adventure Comics 418 et 419.

 

LIRE AUSSI : Dennis O’Neil : un géant des comics nous quitte

Dennis Denny O'Neil
(image © DC Comics)

 

 




A propos JB 124 Articles
Lecteur de comics depuis 30 ans, pinailleur Marvel, râleur DC et nostalgique des séries Valiant des années 90.