Excalibur, intégrale 1988-1989 : Anarchy in the UK !

Excalibur intégrale 1988-1989
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Made in England

La lecture du résumé des 1res pages ne laisse aucun doute : la série Excalibur est profondément relié à d’autres comics Marvel. D’une part parce qu’elle se déroule à la suite de « Fall of Mutants » et qu’on retrouve Kitty Pryde, Rachel Summers et Diablo. Ensuite, et surtout, parce qu’Excalibur réutilise un certain nombre de personnages britanniques comme Captain Britain, Meggan, Saturnyne, Gatecrasher. Ceux-ci étaient apparus dans les publications de Marvel UK, la filière anglaise de Marvel. Déjà dessinés par Alan Davis. Ajoutez à cela que Chris Claremont, lui-même britannique, a scénarisé les 1res aventures de Brian Braddock et vous comprenez qu’il s’agit pour les 2 artistes de prolonger leurs précédentes créations dans des comics publiés aux USA cette fois-ci. Vous ne connaissez pas Saturnyne ou Gate Crasher ?  Vous n’avez jamais lu ces vieilles aventures britishs ? Pas de souci : Chris Claremont s’occupe de vous donner les bases pour comprendre les tenants et aboutissants (mais on y perd un peu du sel de cette équipe). Du coup, tout naturellement, les aventures d’Excalibur se déroulent au Royaume-Uni. Dépaysement garanti ! En plus de donner une touche « mutants » en terres anglaises, Excalibur nous offre des environnements plus ruraux ou côtiers comme le phare de Captain Britain, qui sert de QG à l’équipe, ou la lande qui voit l’équipe se réunir autour d’un feu de camp pour sceller la formation du groupe Excalibur.

 

Excalibur intégrale 1988-1989
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Un album, quatre aventures

C’est donc en Angleterre qu’on suit les 1res aventures d’Excalibur ! On démarre par le « sauvetage » de Rachel Summers par Kitty, Diablo, Brian et Meggan, face aux lycaons de la dimension de Mojo. L’équipe doit ensuite affronter Arcade, un vilain parfaitement dans le ton de la série. Puis, le temps du crossover mutant « Inferno », Excalibur traverse l’Atlantique pour affronter les démons à Manhattan. Une fois cette parenthèse newyorkaise terminée, Excalibur rentre à Londres pour repousser une invasion extra-dimensionnelle : en effet, venus d’un monde où l’Allemagne fasciste a gagné la Seconde Guerre mondiale, les membres d’une version nazie d’Excalibur entendent dominer notre monde ! L’occasion pour Claremont de montrer une version alternative touchante de Kitty Pryde : une rescapée de la Shoah, asservie par cette équipe, et véritable fantôme mortel. Cette intégrale Excalibur 1988-1989 est donc particulièrement chargée en action et en humour, on l’a déjà dit. Déjà réédités il y a une dizaine d’année en kiosque (c’était dans X-Men Classic), j’ai pris plaisir à retrouver ces épisodes publiés pour la 1re fois dans la revue Titans de LUG.

 

Excalibur intégrale 1988-1989
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Alan Davis et Paul Neary : l’ADN d’Excalibur !

Le trait d’Alan Davis fonctionne à plein, sublimé par l’encrage d’un Paul Neary exceptionnel. Leurs héros sont tout en muscles et en souplesse, sans tomber dans l’excès sauf pour la parodie ; leurs héroïnes sont toutes en formes et sensualité, sans tomber dans le grotesque. C’est bien simple : l’ADN d’Excalibur reste inextricablement lié à ce duo d’artistes au point que lorsqu’ils délaissent la série dans les derniers épisodes de cette intégrale, on a le sentiment que le plaisir de lecture, omniprésent jusqu’alors, prend un sérieux coup (désolé, messieurs Ron Lim et Marshall Rogers, qui pourtant ne déméritent pas). Heureusement, pas de quoi bouder son plaisir, d’autant que la restitution des épisodes est superbe (et justifierait à elle seule l’achat) : cette intégrale Excalibur 1988-1989 reste indispensable à toutes celles et ceux qui ont envie de lire une série mutante « autre », différente, parfois grave, souvent drôle, qui osait le contre-pied au tout venant de la franchise X-Men. ■

Excalibur intégrale 1988-1989
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Excalibur, intégrale 1988-1989 est un comics publié en France chez Panini Comics. Il contient : Excalibur Special Edition (1988) et Excalibur 1-11.

 

LIRE AUSSI : Les amours de Kitty Pryde : 13 romances qui attestent sa bisexualité dans les comics Marvel !

amours Kitty Pryde bisexuelle
(image © Marvel Comics)




A propos Stéphane Le Troëdec 534 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*