Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 7 !

Immortal Hulk vol 5 : Breaker of Worlds

(Al Ewing/Joe Bennett-Ryan Bodenheim-German Garcia/Ruy José)

Critiques Doopiennes
(image:© Marvel Comics)


Immortal Hulk T5 : ça raconte quoi ?

C’est la bataille ultime entre les troupes de la base secrète du général Fortean et Hulk. Un combat qui s’annonce…cosmique ?

Totalement maîtrisé

Ca fait du bien de voir une série où l’auteur sait exactement où il va ! Après avoir longuement posé les bases de son univers et les principes de sa série, la voilà qui clôt la 1ère partie de sa longue saga en opposant et en clôturant les intrigues autour de la « Shadow Base » et du général Fortean. Après avoir sauvé Rick Jones de la mort, Al Ewing crée non seulement une véritable équipe autour de Hulk avec Betty, Jackie McGee, Rick Jones et les différentes personnalités de Banner, mais aussi une équipe qui gravite autour, la division Gamma composée de Puck, Sasquatch, l’Homme Absorbant, Titania et Doc Samson. Et c’est un véritable bonheur de voir des personnages aussi bien développés. Les tensions et les liens entre les membres de chaque équipe sont tout à fait naturels et cela permet vraiment à son auteur de pousser son récit de plus en plus loin.  Plus loin dans la démesure, avec encore une fois de nouvelles transformations et des batailles gigantesques à l’intérieur de la base. On retourne un peu en enfer, et je dois avouer que la conclusion finale de la bataille m’a un peu perturbé. On peut donc mourir définitivement en enfer ? Il va falloir que les auteurs éclaircissent un peu cette partie, trop mystérieuse. Mais clairement, les épisodes n°20 à 24 mettent fin à une grande saga, particulièrement réussie, qui a eu le mérite de proposer quelque chose de différent tout en restant dans la continuité. Ils donnent aussi un nouveau statu quo à la série, en redéfinissant les liens, les interactions entre les personnages mais aussi en leur conférent une nouvelle dimension.

L’épisode n°25 : le bijou de l’année !

Ce nouveau Hulk version 2020 a été amélioré dans tous les sens. Et on pouvait s’attendre à voir les conséquences de cette bataille dans l’épisode 25. Eh bien pas du tout ! Cet épisode c’est, à mon sens, ce qui fait passer Immortal Hulk de la très bonne série à une très grande série !  Tout simplement. Parce que le dernier épisode de ce volume est totalement en rupture avec ce qu’il s’est passé avant. Il va d’ailleurs pousser le concept du Hulk immortel et tout puissant jusqu’au maximum en nous montrant un Banner à la fin du monde, seul survivant restant au crépuscule de notre univers et avant la naissance d’un autre. Là, il fallait oser ! De fait, et uniquement dans cet épisode, Hulk devient pour le coup une entité cosmique, voire l’entité cosmique de référence, à l’instar d’un Galactus. Quelle superbe idée ! Bon, toute la partie autour des êtres qui assistent à la fin de leur monde est un peu longuette, mais cela confirme l’impression de rupture. De plus la partie graphique de ce segment est signée German Garcia, un revenant qu’on n’avait plus vu depuis son run sur les Uncanny X-Men et sur Superman il y a presque 20 ans ! C’est à souligner !  Mais Al Ewing ne s’arrête pas là ! Il nous intègre tout ce développement dans une intrigue secondaire ! C’est vraiment énorme et c’est pour ça que j’aime lire des comics ! Niveau graphiques, Joe Bennett est toujours au top !

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli demi

Correspond aux épisodes 21 à 25 de la série Immortal Hulk publiée par Marvel Comics et diffusée en France par Panini Comics sous le titre Immortal Hulk T5 : Briseur de Monde.

 

À LIRE AUSSI :Hulk : 15 personnages Marvel Comics qui ont DÉMOLI le Titan vert !

comics hulk défaites combats

(image © Marvel Comics)

 




A propos Doop 374 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*