Critiques Doopiennes, le marathon comics : semaine 11 !

Rover Red Charlie

(Garth Ennis/Michael Dipascale)

Critiques Doopiennes
(Image : © Garth Ennis, Michael Dipascale, Komics Initiative)

Rover Red Charlie : ça raconte quoi ?

L’humanité est en train de mourir à cause d’un virus qui les transforme en meurtriers suicidaires et sanguinaires. De fait, il ne reste plus que les animaux. Red, Rover et Charlie sont 3 chiens de New York qui vont traverser les Etats-Unis de part en part pur retrouver leurs « nourrisseurs ». Mais leur parcours sera semé d’embuches.

Un comics qui a du chien

A l’origine, cette histoire de Garth Ennis, célèbre créateur de Preacher et The Boys devait être un segment de sa série Crossed. Mais l’ambiance de Rover Red Charlie lui semblait un peu trop légère pour être intégrée à celle-ci. Il a donc décidé d’en faire une mini-série pour Avatar Press. Et c’est plutôt réussi. Si l’on ne retrouve pas toujours le cynisme sans limite de l’auteur, on retrouve quand-même parfois quelques aspects de son écriture, que ce soit au travers de clin d’œil ou bien de dialogues assez tranchés. Mais n’oublions pas qu’en dehors d’un aspect délibérément provocateur, Garth Ennis est un scénariste qui peut faire ressentir énormément d’émotion à ses lecteurs. Certains passages de Preacher étaient d’une sensibilité dingue, tout comme ce qu’il avait pu réaliser sur Hitman. Je me rappelle par exemple d’une discussion entre Tommy et Superman qui était particulièrement touchante. Et c’est donc plus dans le registre de l’émotion que l’auteur va nous présenter cette histoire. Garth Ennis différencie parfaitement ses 3 protagonistes, leur donnant non seulement une personnalité propre, mais assez étoffée. On ne reste pas dans la caricature et c’est tant mieux. L’empathie avec Red, Rover et Charlie se fait aussi par des dialogues où certains mots sont remplacés. On est dans le registre du langage un peu enfantin et c’est assurément un bon moyen pour nous attacher à ces 3 clébards. Les chats deviennent des « cracheurs », les océans des « ploufs » et les maîtres des « nourrisseurs ». Une petite pensée pour la traduction qui n’a pas dû être si évidente que ça.

Une aventure classique

Si la perspective est plutôt sympathique, elle n’est pas originale non plus. Brian K. Vaughan a déjà fait parler des animaux dans Pride of Bahgdad, tout comme Grant Morrison avec We3. Mais l’histoire est prenante, on a envie de savoir ce qui se passe à la fin et, encore une fois, c’est plutôt bien fichu. Tout ce que l’on peut attendre d’une odyssée de ce type est présentée dan le bouquin, ce qui est certes bien mais de fait, on aurait pu s’attendre à un comics un tout petit peu plus original. Tout y est, la trahison, le chien méchant à leur poursuite : c’est bien réalisé, bien effectué mais on n’est pas souvent surpris par le récit. Garth Ennis nous propose bien évidemment des réflexions sur la condition animale ou la relation entre maîtres et animaux de compagnie, mais cela paraît logique. J’aurais aimé un petit peu plus d’audace dans les thèmes. Ce qui n’empêche pas que Rover Red Charlie est un comics très agréable à suivre. Et bien dessinée.

Superbes dessins

Michael Dipascale est un dessinateur que je ne connaissais pas, et sincèrement, il livre ici une prestation assez incroyable. Il arrive à donner une personnalité graphique à tous les chiens présents et joue avec leurs traits caractéristiques pour faire passer toute une palette d’émotions. Il ne tombe pas dans la caricature, sauf quand le récit le demande. C’est très bien réalisé et cela rajoute une petite note positive à Rover Red Charlie, un comics que je vous conseille sans hésiter. Merci à Komics Initiative de nous avoir permis de découvrir cette histoire.

critiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocolicritiques doopiennes brocoli

Critiques Doopiennes
(Image : © Garth Ennis, Michael Dipascale, Komics Initiative)

Rover Red Charlie  contient les 5 épisodes de la mini-série Rover Red Charlie publiée aux Etats-Unis par Avatar Press et en France par Komics Initiative.

 

LIRE AUSSI : Caliban : Garth Ennis scénarise une science-fiction horrifique entre Alien et The Thing

Caliban Garth Ennis
(image © Avatar Press)

 




A propos Doop 368 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*