The OA, saison 2 : une série toujours aussi dingue et efficace ! [avis]

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

The OA est de retour pour une saison 2 tout aussi démente, avec plus de moyens et beaucoup plus d’ambitions ! Cette 2e saison mélange tout ce qu’on aime : Fringe, Lovecraft, X-Files, Twin Peaks, Sense 8 et méta-contextualité que ne renierait pas Grant Morrison. Et le résultat est tout simplement parfait.
■ par Doop

 

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

 

Petite piqûre de rappel de la saison1 de The OA : Prairie Johnson est une jeune femme aveugle qui a disparu alors qu’elle n’était qu’une adolescente. Sept ans plus tard, elle est retrouvée et ramenée à ses parents. Ceux-ci constatent avec surprise que Prairie Johnson a retrouvé la vue mais surtout que son corps est constellé de scarifications bizarres. Prairie n’arrête pas de parler d’Homer, son amour perdu qu’elle a connu durant sa disparition et qu’elle tente désespérément de rejoindre. Elle est persuadée que celui-ci a franchi une autre dimension via un rituel magique, une sorte de « danse » saccadée et macabre dont les mouvements lui sont apparus lors d’expériences de mort imminentes. Prairie, qui veut qu’on l’appelle « OA », fait la connaissance d’un groupe de 5 personnes, des recalés de la vie. Ces parias comptent dans leurs rangs une prof que tout le monde déteste, un voyou à la petite semaine ou encore une jeune fille raillée parce qu’elle est en train de devenir un garçon. Tout au long des épisodes de la 1re saison, elle va leur raconter son histoire, sa capture par un médecin fou, Hap Percy, et enseigner à cette petite famille de rejetés les fameux mouvements qui leur permettront, peut-être, de traverser le miroir et de rejoindre un nouveau monde. À la fin de la 1re saison, on restait sur une ambigüité majeure : est-ce du flan ? Prairie est-elle une simple illuminée ou un être différent, véritablement en lien avec le mutivers ? Dès le départ cette saison 2 de The OA nous offre une réponse à cette question. Et on se rend compte que tout ce qui se passait dans la saison 1 était loin d’être du flan…

 

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

 

Des références à gogo dans une série qui conserve toutefois sa propre logique

Je ne sais pas si Brit Marlin (qui joue aussi Prairie) et Zal Batmanglij, les 2 créateurs de la série, tiennent déjà la trame de toute la série. Mais il faut reconnaitre que sur cette saison 2 ils osent énormément de choses. C’est bien simple, la série part dans toutes les directions. Nous avons en vrac des maisons hantées, un jeu viral qui pousse à la folie, des voyages inter-dimensionnels, des jeux de miroirs dans chaque épisode, des anges et même une créature poulpe géante nichée dans un club destroy ! Vous pensez que ça fait beaucoup ? Que ça fait un peu peur ? Absolument pas ! Et c’est là que la série mérite un grand coup de chapeau : toutes ces influences, tous ces clins d’œil fonctionnent parfaitement dans le cadre et dans la mythologie de The OA. C’est subtil et c’est surtout parfaitement coordonné. Le mélange entre toutes ces références finit par donner quelque chose d’unique et de très singulier. Toutefois on peut être un peu perdu par le début de la saison 2 de The OA, puisque nous sommes totalement dans un autre univers. En fait, les 1ers épisodes sont déconnectés les uns des autres et se déroulent sur 2 plans dimensionnels différents. Mais ce n’est pas un problème. Non seulement on n’oublie pas les personnages qui avaient accompagné OA durant ses années de captivité mais on retrouve avec plaisir Steve, Buck, Betty, French et Scott, complètement renversés par la fin de la saison 1 et qui n’ont pas d’autre choix que de se retrouver et de s’accrocher au moindre espoir.

 

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

 

The OA, une saison 2 mystérieuse, avec son lot de révélations

C’est très difficile pour moi de parler de la saison 2 de The OA sans rien spoiler. Il y a tellement de choses passionnantes qui mériteraient d’être abordées, mais je ne veux pas vous gâcher la surprise. Disons que beaucoup de questions qui restaient en suspens lors de la fin de la saison 1 trouvent leur réponse. On sait comment tout fonctionne, si l’on est dans la réalité ou le fantasme et on commence à avoir une notion claire du pourquoi et du comment des choses. La 1re moitié de la saison 2 de The OA nous donne donc des tas d’informations, règle quasiment tous les problèmes évoqués plus tôt. Les 4 derniers épisodes introduisent alors de nouveaux mystères, de nouvelles épreuves que tous les personnages que l’on connaît et que l’on aime vont devoir franchir pour se retrouver. Ensemble. Et comme je le disais plus haut, on part très très loin dans le mystique et les scènes bizarres. Sincèrement, on se rapproche énormément de Twin Peaks, avec une réalisation toutefois un peu plus rationnelle. C’est peut-être le seul petit bémol de The OA. La réalisation, très bonne au demeurant, manque un tout petit peu de folie et de baroque. Mais c’est un détail. Les images sont jolies, il y a de bonnes idées mais c’est un peu trop lisse parfois. Ce (très léger) défaut est toutefois compensé par une qualité d’écriture impressionnante.

 

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

 

Une écriture très fine et des acteurs excellents

Dans la saison 2 de The OA, il n’y a aucune mauvaise idée et les personnages sont vraiment décrits tout en finesse. Par exemple, The OA n’en fait pas des caisses sur le héros transgenre, c’est une des pièces centrales de la série, mais ce sujet n’est quasiment pas mis en avant. C’est bien. En fait, la complexité et la profondeur des personnages sont traités et distillés de manière subtile et nuancée. Cela rend nos héros beaucoup plus humains et touchants. Et que dire de l’interprétation ? Moi qui suis généralement très difficile et très critique sur le jeu des acteurs, je ne peux que m’incliner devant la prouesse de tout le casting, Brit Marlin en tête, qui réussit à donner à son personnage de Prairie/Nina/OA des nuances assez fortes, surtout dans le dernier épisode. Tout le monde joue juste et c’est encore une fois assez rare pour être mentionné. On notera au passage la présence de l’actrice française Irene Jacob (celle de Trois Couleurs Rouge) comme nouveau personnage récurrent de The OA.

 

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

 

Une fin qui va vous griller le cerveau

Et que dire de la fin de la saison 2 de The OA ? C’est juste énorme ! Alors qu’on pensait en avoir fini avec les références et les concepts surprenants, voilà que les auteurs nous en rajoutent une couche en brisant directement le quatrième mur et en plaçant The OA sur un plan totalement méta-contextuel ! Vous allez être totalement soufflé par les 5 dernières minutes, qui du coup renforcent l’idée de miroir et de faux semblants qui sont l’une des marques de fabrique de la série. De Twin Peaks, on passe directement à Animal Man de Grant Morrison ! Le pire c’est que si la fin de la saison 2 de The OA nous envoie directement vers d’autres pistes et d’autres « univers », elle apporte toutefois une conclusion satisfaisante à ses intrigues développées tout au long de ses 8 épisodes. C’est maitrisé de bout en bout ! Je ne sais pas quoi vous dire de plus pour vous inciter à tout arrêter et à vous brancher sur Netflix pour regarder The OA saison 2 ! ■

The OA saison 2 Netflix
(image © Netflix)

The OA saison 2 est une série diffusée en France sur Netflix.




A propos Doop 260 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.