Shazam contre la société des monstres : un vent de fraicheur pour tout public [avis]

Shazam contre la société des monstres jeff smith
(image © DC Comics)

Jeff Smith met son talent au service de Shazam, avec 4 épisodes retraçant les origines sur superhéros. Écrit pour un public de tout âge, Shazam contre la société des monstres est l’une des adaptations modernes les plus proches du comics original.
■ par Doop

 

Shazam contre la société des monstres jeff smith
(image © DC Comics)

 

À la lecture de Shazam contre la société des monstres, on se rend compte que Jeff Smith connaît ses classiques. Son style de dessin très clair et très cartoony convient parfaitement à ce récit qui lorgne vers les toutes 1res aventures de Shazam dans les années 40. Rappelons encore que le concept d’« esprit d’un jeune garçon dans un corps d’homme » n’a été entériné que depuis les années 70 ! Dans Shazam contre la société des monstres Jeff Smith revient donc directement à la source. Billy Batson est un jeune orphelin qui se débrouille dans la rue comme il peut. Tout d’un coup, il est attiré dans une bouche de métro où un magicien vieillissant va lui donner un mot magique qui va le transformer en superhéros. Enfin, pas tout à fait puisque Billy Batson n’est pas Shazam : c’est tout simplement son « hôte ». Même s’ils partagent leurs souvenirs, les 2 personnages sont totalement différents. C’est un peu le même principe que Thor/Don Blake chez Marvel. Et cela permet finalement d’éviter les blagues poussives sur le décalage d’âge ! Jeff Smith déroule une intrigue en 4 parties qui lui permet de faire le tour de l’univers du personnage de l’éditeur Fawcett Comics. Ici, il présente Sivana et Mister Mind, les pires ennemis de Shazam dans des versions très fidèles. Au contraire, il adapte les personnages de Tawky Tawny et de Mary Marvel. Cette dernière n’est plus une adolescente mais une enfant de 6 ans. L’histoire de Shazam contre la société des monstres est bien ficelée et véritablement destinée à tous les publics en proposant une intrigue simple et surtout naïve, ce qui n’est absolument pas péjoratif, comme on va le voir.

 

Shazam contre la société des monstres jeff smith
(image © DC Comics)

 

Dans Shazam contre la société des monstres, « naïf » ne rime pas avec « idiot » !

Dans Shazam contre la société des monstres, Jeff Smith fait le pari de la naïveté, et c’est vraiment bien vu. Il a compris qu’à sa création, les aventures de Shazam étaient destinées à tout le monde, enfants comme adultes. Nous y sommes d’ailleurs déjà revenus dans plusieurs articles consacrés à la genèse du personnage. Ce qui ne veut absolument pas dire que la série est humoristique. C’est le point fort de ce comics, d’ailleurs. La plupart du temps (et le personnage de Shazam n’y échappe pas depuis le New 52), les auteurs confondent naïveté et humour potache. Il suffit juste de jeter un coup d’œil sur le Shazam de Geoff Johns pour s’en rendre compte. Pour tous publics n’est pas synonyme de débilisant. C’est peut-être la chose le plus difficile à écrire en réalité : une œuvre qui ne rejette personne. Plutôt que d’écrire comme un adolescent attardé et de faire des blagues foireuses, Jeff Smith nous donne une version d’auteur adulte qui écrit pour le plus grand nombre. Et il y arrive très bien. Shazam contre la société des monstres est un véritable bol d’air frais, qui ne prend pas les lecteurs pour des débiles. Et cette volonté est de plus renforcée par des dessins sublimes.

 

Shazam contre la société des monstres jeff smith
(image © DC Comics)

 

Un style rétro et moderne à la fois

Il existe très peu de dessinateurs capables de développer un style rétro adapté à notre présent. On voit souvent des hommages « à la Kirby » comme par exemple Ladrönn sur Cable ou Erik Larsen sur Savage Dragon, qui flairent bon le vintage. Mais le mélange entre le style des années 50 et les techniques de narration actuelles se fait plus rares. Ils sont à mon sens 3 artistes à le maitriser parfaitement : Mike Allred, Steve Rude et Jeff Smith. Et les planches livrées dans Shazam contre la société des monstres sont de véritables bijoux de narration et de fluidité. Du véritable dessin, brut, sans chichis et qui va directement à l’essentiel Ne vous y trompez pas, derrière cet aspect « pour enfants » très simple se cache un véritable virtuose du dessin. Alors oui, à 1re vue, ce Shazam contre la société des monstres semble être un bouquin pour enfants. Pas étonnant qu’il soit d’ailleurs publié dans la collection Urban Kids. Mais le catégoriser uniquement comme tel serait injuste. C’est avant tout un hommage parfait au véritable Shazam des années 40, quand il s’appelait encore Captain Marvel. Un hommage si impeccablement actualisé pour notre époque que vous ne pouvez pas passer pas à côté de Shazam contre la société des monstres ! ■

Shazam contre la société des monstres jeff smith
(image © DC Comics, Urban Comics)

Shazam contre la société des monstres est un comics publié en France chez Urban Comics.




A propos Doop 189 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.