Sergio Aragonès explose Star Wars : les fans gentiment tournés en dérision ! [avis]

(image © Dark Horse)

Sergio Aragonès explose Star Wars est un album très court mais très réussi dans lequel Sergio Aragonès se moque des fans de Star Wars comme de ses détracteurs. Un concentré d’humour = malin qui fait mouche.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Sergio Aragonès explose Star Wars
(image © Dark Horse)

 

Après avoir été virés de chez Marvel et DC, Sergio Aragonès et Mark Evanier sont engagés par l’éditeur Dark Horse pour écrire leur nouveau comics, une parodie de Star Wars. Ils se rendent chez Lucasfilm où ils ont rendez-vous avec les techniciens du studio. Coup de chance pour eux, c’est précisément le jour où la numérisation de la saga doit commencer. Mais par un incroyable concours de circonstance, le très gaffeur Sergio Aragonès se retrouve transporté dans le film La Guerre des Étoiles. L’occasion pour lui de rencontrer en chair et en os ses personnages préférés mais aussi de modifier l’intrigue de la célèbre saga…

 

Sergio Aragonès explose Star Wars
(image © Dark Horse)

 

Rire des fans et des détracteurs

Plutôt que de pasticher la saga Star Wars, Sergio Aragonès explose Star Wars choisit de se moquer de ceux qui la font et ceux qui lui voue un culte ou une haine irraisonné. Et le résultat est bien plus convainquant qu’une énième parodie des films de George Lucas. Ici, Sergio Aragonès se met en scène dans le rôle de l’idiot gaffeur : il prend tout au 1er degré et se montre vite dépassé par tout ce qui touche aux effets spéciaux, surtout s’ils sont numériques. Mais c’est aussi tout à la fois un fan fidèle, un amateur de produits dérivés, un amoureux de la Princesse Leia et un grand naïf persuadé d’être un chevalier jedi. Ça, c’est pour le fan « gentil », on va dire, car Sergio Aragonès explose Star Wars se moque un peu plus méchamment du cinéphile prétentieux. Celui qui voit en Star Wars l’œuvre qui a non seulement mis fin à Hollywood mais aussi détruit la carrière à laquelle il était forcément prédestinée… L’équipe de Lucasfilm n’échappe pas non plus à la critique, avec son envie aveugle de tout numériser. Sergio Aragonès explose Star Wars s’amuse donc plus ou moins amicalement de ces personnes « autour » de la célèbre saga et je dois bien dire que j’ai souri à de nombreuses occasions.

 

Sergio Aragonès explose Star Wars
(image © Dark Horse)

 

Se retrouver à l’intérieur de son film préféré

L’autre facette très drôle de Sergio Aragonès explose Star Wars, c’est de suivre un fan plongé littéralement dans les films de George Lucas. Dans l’excellent film Last Action Hero, un jeune garçon se retrouve propulsé à l’intérieur d’un blockbuster d’action, un procédé inverse du film La Rose Pourpre du Caire. Sergio Aragonès emploie ici la même méthode et se retrouve au beau milieu de la base rebelle. Tout à fait par hasard, on finit par le prendre pour un pilote d’X-Wing expérimenté, et le voici à bord d’un engin pour attaquer l’Étoile Noire ! Évidemment l’humour repose aussi sur le fait qu’en fan de Star Wars, Sergio Aragonès connait l’intrigue des films et qu’il peut donc en jouer. Ses confrontations face à Yoda ou Dark Vador sont savoureuses.

 

Sergio Aragonès explose Star Wars
(image © Dark Horse)

 

Un album très court

Sergio Aragonès explose Star Wars faisant une vingtaine de pages, les éditions Delcourt complète cet album avec 2 autres histoires très courtes tirées de Star Wars Tales et mettant en scène R2-D2 et C-3PO. Malgré leur qualité, ces 2 intrigues sont moins intéressantes car moins délirantes que Sergio Aragonès explose Star Wars. Finalement, le seul (léger) bémol de cet album est l’accent espagnol à couper au couteau de Sergio Aragonès. Il s’agit d’un ajout de la VF, car cet accent n’est pas aussi prononcé dans la VO. Certes, cela  participe à l’humour général de l’histoire. Mais s’il est amusant dans les 1res cases, cet accent s’avère à la longue pénible et son « déchiffrage » vient casser le rythme de l’intrigue. ■

(image © Dark Horse, Delcourt)

Sergio Aragonès explose Star Wars est un comics publié en France chez Delcourt.




A propos Stéphane Le Troëdec 222 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.