Rencontres Maléfiques : Le quotidien de 2 chasseurs de monstres par Mike Mignola et Warwick Johnson-Cadwell

Rencontres Maléfiques Bannière
(image © Dark Horse Comics)

Après Hellboy, Lord Baltimore et Witchfinder, Mike Mignola, ici en compagnie de Warwick Johnson-Cadwell, lance un nouveau duo aux trousses des abominations surnaturelles.
■ par Christophe Colin

 

Les mésaventures du Professeur J.T. Meinhardt et de son assistant M. Knox

Rencontres Maléfiques conte le quotidien de deux chasseurs de monstres confrontés aux vampires, goules et lycanthropes. Il est surprenant de voir un duo aussi mal assorti affronter ces menaces horrifiques. Meinhardt et Knox ne semblent pas être à la hauteur de leur tâche et subissent plus les événements qu’ils ne les affrontent réellement. Tous deux font pâle figure face à leurs redoutables ennemis aux plans machiavéliques préparés à l’avance. Malgré leur inaptitude manifeste, ils réussissent à survivre par on ne sait quel miracle à cette tâche ardue et compliquée.

Rencontres Maléfiques La Table des Monstres
(image © Dark Horse Comics)

 

Des ennemis surprenants

Après les zombies, les vampires et leurs nombreuses cohortes sont les monstres les plus utilisés de la littérature fantastique et de la pop culture contemporaine. Il est difficile de les renouveler et d’inventer quelque chose de vraiment original à leur sujet. Pourtant, Mignola et Johnson-Cadwell, tout en utilisant leurs formes classiques, les réinventent de manière totalement surprenante.

Rencontres Maléfiques Nosfératu
(image © Dark Horse Comics)

Un style graphique proche de la bande dessinée européenne et des comics indépendants

Le trait de Warwick Johnson-Cadwell, le dessinateur de Rencontres Maléfiques est assez surprenant pour ce type de bande dessinée. Il y a une parenté évidente dans ces pages avec le graphisme de bandes dessinées européennes du courant de la ligne claire et de comics indépendants issus de l’underground américain. Ses personnages caricaturaux ressemblent trait pour trait à ceux de Mike Mignola et ses vampires ont des familiarités plus qu’évidentes avec le Nosferatu du film de Murnau et le Dracula joué par Christopher Lee dans les films de la Hammer. Il est même intéressant de trouver une unité graphique commune entre toutes les séries créées par Mignola, en dehors et dans l’univers d’Hellboy, de BPRD à Witchfinder ou de Baltimore à Joe Golem.

 

 

Rencontres Maléfiques Ombre
(image © Dark Horse Comics)

Des scénarios inspirés des grands anciens de la littérature gothique

Pour Rencontres Maléfiques, on sent que Mike Mignola a bien relu les romans gothiques de la littérature victorienne et revu des films de vampire de la fin des années 1960. L’ambiance, des personnages typés, des monstres redoutables, tout y est. On peut évidemment penser au Bal des vampires de Roman Polanski ou aux films de la Hammer consacrés aux vampires et en particulier à Dracula. Toutes ces prestigieuses influences n’handicapent pas ce récit et le rendent même plus captivant. ■

Rencontres Maléfiques Couverture
(image © Dark Horse Comics)

Rencontres Maléfiques est un comics publié en France par Delcourt. Il contient Mr Higgins comes home et Our Encounters with Evil : Adventures of Professor J.T. Meinhardt and His Assistant Mr Knox.

 

À LIRE AUSSI : 14 travaux oubliés et surprenants de Mike Mignola

(image © Marvel Comics, Dark Horse)

 

 

 




A propos Christophe Colin 63 Articles
Christophe Colin lit des comics en VF et en VO depuis une petite trentaine d'années. Il est fan de science-fiction et en particulier des univers alternatifs (What If, Elseworlds) et de Doctor Who. Il a fait partie du site France-Comics pendant 12 ans et s'est spécialisé dans les personnages de comics méconnus comme l'homme tigre sans bras ou Grotesk. Il écrit des chroniques sur les comics pour le fanzine Présences d'Esprits, spécialiste de fantasy, de fantastique, de science fiction et d'imaginaire sous toutes ses formes. Il crée et anime des conférences sur les comics et la pop culture dans les conventions et festivals de bandes dessinées.