Mystique : une femme fatale au service secret de Xavier et imaginée par Brian K. Vaughan

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Brian K. Vaughan prend en main le destin de Mystique le temps d’une série d’espionnage où la métamorphe de Marvel devient un agent secret de Charles Xavier. Un comics rythmé et agréable.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

En 2003, alors que son talent éclate vient d’éclater chez Vertigo l’année précédente avec Y Le Dernier Homme, Brian K. Vaughan se voit confier une série consacrée à Mystique. Il signe alors un comics d’espionnage dans l’univers mutant qui doit beaucoup à une série télé à succès de l’époque : Alias…

 

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Rien que pour vos yeux

Charles Xavier vient de révéler au monde entier que lui et ses étudiants était des mutants. Le professeur X a donc besoin d’agents secrets, pour accomplir certaines missions sensibles, comme par exemple la mutante Prudence. Problème : cette dernière vient d’être assassinée ! Charles Xavier envisage donc de la remplacer par un nouvel agent. Et son choix a de quoi surprendre car Mystique est une mutante métamorphe à la moralité aussi variable que son apparence. Entendre par là qu’au fil de sa longue existence, on l’a vu alterner régulièrement entre le camp des gentils mutants et celui des mauvais. Alors Charles Xavier peut-il faire confiance à Mystique ? Pas le temps de trop tergiverser : Cuba a acquis illégalement des Sentinelles pour mater une rébellion mutante ! C’est l’occasion idéale de mettre à l’épreuve la loyauté de Raven Darkhölme, alias Mystique

 

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Mystique : un Alias dans l’univers Marvel signé Brian K. Vaughan

Dans la série tv Alias, Jennifer Gardner interprète le rôle de Sidney Bristow, une jeune femme sexy qui travaille pour une (supposée) agence gouvernementale. Elle accomplit des missions délicates à travers le monde, changeant d’apparence au gré des aventures particulièrement rythmées de la série. On imagine sans trop de mal comment Brian K. Vaughan a pu s’inspirer de la série Alias pour ce comics. En terme de personnage polymorphe sexy, Mystique se pose un peu comme un incontournable. Disons qu’elle est le personnage idéal pour devenir l’héroïne d’une série d’espionnage où la frontière entre le Bien et le Mal s’estompe rapidement. Le résultat fonctionne parfaitement et Brian K. Vaughan installe très vite son héroïne, lui faisant changer d’identité d’un épisode à l’autre au fil de ses métamorphoses. Il instaure aussi une ambiance trouble, à base de double jeu : tout comme Sidney Bristow, Mystique devient très vite un agent double. Compliquant encore plus des situations particulièrement dangereuses, et permettant à Brian K. Vaughan de poser un suspense imparable.

 

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Trois missions, trois ambiances graphiques

Ce Marvel Deluxe Mystique est découpé en 3 missions : « Femme fatale », « Out of Africa » et « Avis de recherche ». Chaque aventure fonctionne comme un épisode indépendant mais s’inscrit tout de même dans une trame générale, avec un fil rouge. Grosso modo, chaque mission est confiée à un illustrateur différent. Jorge Lucas a la tâche délicate d’ouvrir le feu avec « Femme fatale ». L’artiste s’est fait connaître au Paraguay, son pays natal, avec El Cazador, une bande dessinée adulte, avant de se faire remarquer chez Marvel. Après quelques années d’inactivité dans les comics, il est revenu dessiner quelques épisodes pour DC Comics, dans l’univers de Batman. Jorge Lucas possède un style graphique qui évoque un peu le style Image Comics en plus lumineux, et met en valeur les formes de son héroïne. Michael Ryan se charge de la saga « Out of Africa » avec un encrage un peu particulier, qui conserve le crayonnage sur les aplats d’ombres. Enfin, celui tire le plus son épingle du jeu, c’est Manuel Garcia. Plus sombre, c’est sous son trait que la série semble trouver sa « patte » graphique. Il ne signe ici que 2 épisodes seulement sur les 13 du Marvel Deluxe, mais l’artiste se verra confier le dessin à partir de l’épisode 14 pour rester jusqu’à la fin de la série (l’épisode 24).

 

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Votre mission, si vous l’acceptez…

Qui dit série d’espionnage, dit… missions ! Et Mystique n’échappe évidemment pas à la règle. Dans « Femme Fatale », Mystique se rend à Cuba pour venir au secours de la rébellion mutante sur le point d’être maté par le gouvernement. L’occasion pour Brian K. Vaughan de placer Mystique face à un « joli » dilemme. Dans « Out of Africa », Xavier l’envoie en Afrique du sud récupérer un virus redoutable. Avec « Avis de Recherche », Mystique s’en va sauver la vie d’un jeune mutant de Brooklyn enlevé par son père mais qui pourrait s’avérer bien plus dangereux que son ravisseur… Des situations variées, donc, à travers lesquelles Brian K. Vaughan laisse Mystique fonctionner comme un électron libre, relativement détachée de Xavier (qui se cantonne souvent à lui donner sa mission avant de la lâcher dans l’aventure). Elle peut toujours compter sur Forge, avec qui elle des relations compliquées (ils ont été amants) et Shortpack, un mutant lilliputien en ersatz du « Q » de James Bond 007. À la fin de ce Marvel Deluxe, les bases de la série sont bien posées. Le double jeu de l’héroïne fonctionne à plein et on se demande qui va trahir qui ? Le comics Mystique est agréable, pas indispensable, mais propose des aventures distrayantes pour qui recherche une série d’espionnage dans le monde Marvel. Panini Comics ayant déjà publié ces épisodes en 2004 et 2005 dans la revue Maximum X-Men, il ne reste maintenant qu’à guetter la sortie du 2e et dernier tome de Mystique qu’on espère rapide ! ■

Mystique Femme Fatale comics
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Mystique : Femme Fatale est un comics publié en France chez Panini Comics. Il contient Mystique (2003) 1 à 13.




A propos Stéphane Le Troëdec 550 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*