Lois Lane n°1 : Greg Rucka et Mike Perkins en très grande forme [avis]

Lois Lane
(image © DC Comics)

Greg Rucka et Mike Perkins prennent en main le destin de Lois Lane. Et on se dit qu’on peut avoir une grande série. Confirmation : ce 1er épisode est tout simplement magistral, même si, concrètement, il ne se passe pas grand-chose ! Lois Lane se lit comme un roman policier.
■ par Doop

 

Lois Lane vient de découvrir l’un des secrets les plus importants de la décennie. Après un incident qui concerne son couple, elle s’est retirée de la vie médiatique. Elle pousse néanmoins Perry White son rédacteur en chef à publier son article en dépit des conséquences que cela risque d’entraîner sur sa propre vie. Mais après tout, qu’a-t-on à craindre quand on est la femme de Superman ? Voici le résumé de l’épisode. Car oui, il ne se passe vraiment rien d’autre. Et pourtant, c’est vraiment très bon !

 

Lois Lane
(image © DC Comics)

 

Récit intimiste

Lois Lane peut remercier Greg Rucka. Premièrement, cela fait très plaisir de revoir cet auteur sur un comics Superman. Voire sur un comics tout court. Car mine de rien, dès les 1res pages, on sent bien qu’on a affaire à un écrivain. Et qui écrit superbement bien en plus. Même s’il n’y a quasiment pas d’action, on ne s’ennuie pas une seule seconde. Il faut dire que le scénariste joue sur ses points forts qui sont surtout l’introspection et les dialogues. La séquence où Lois Lane écrit son article et le propose à Perry, qui hésite à le publier doit durer une dizaine de pages. Et c’est vraiment prenant. Greg Rucka arrive à faire passer dans ses dialogues toute la gravité de la décision mais aussi toute la tendresse de Perry pour sa journaliste préférée. Une 2e scène met en scène Clark et Lois, qui font le point sur leur relation, sur les derniers événements en cours mais aussi sur ce qui s’est passé lorsque cette dernière était dans l’espace avec son fils. C’est encore une fois excellemment bien écrit. Les dialogues et les réactions du couple sonnent particulièrement juste. Greg Rucka est un auteur hors pair, au style bien défini. Il faut dire aussi que les scènes sont sublimées par les dessins de Mike Perkins.

 

Lois Lane
(image © DC Comics)

 

Des dessins qui retranscrivent parfaitement les pensées des personnages

Je savais que Mike Perkins était un excellent dessinateur, même si je n’avais pas lu beaucoup de ses titres depuis un moment. Mais là, il est dans une forme extraordinaire. Il livre des dessins très réalistes, mis en valeur par les couleurs de Paul Mounts. Sincèrement, cela me fait penser à du Stuart Immonen période Superman : Identité Secrète. C’est vous dire à quel point c’est réussi. La mise en page et surtout les interactions entre les personnages sont impeccables. Il arrive à restituer parfaitement toutes les émotions des héros en jouant parfois sur les ombres, parfois sur les gros plans, parfois sur les silences. Du très bon boulot, avec aussi une scène d’action particulièrement bien effectuée.

 

Lois Lane
(image © DC Comics)

 

Un comics politique ?

Après la lecture de ce 1er épisode de Lois Lane, il quand même assez difficile de savoir où les 2 artistes vont nous amener. On se doute bien qu’il risque d’y avoir quand-même pas mal de politique dans l’histoire, une scène en particulier rappelant sans équivoque le Watergate. Ce qui est assez surprenant, c’est que cette fois-ci le personnage principal ne s’attaque pas à un maire fictif de Metropolis ou encore à Lex Luthor, mais directement au gouvernement des États-Unis ! C’est assez osé, surtout dans cette période. Je me doute bien que Greg Rucka n’osera pas faire chez DC un comics anti-Trump. D’ailleurs, je pense que ce ne serait pas une bonne idée. Après, est-ce que cette orientation politique sera au cœur de la série ? C’est difficile à dire. L’apparition d’une certaine superhéroïne dont le nom est obligatoirement accolé à celui de Greg Rucka pourrait aussi faire penser le contraire. À suivre. ■

Lois Lane logo Superman Daily Bugle
(image © DC Comics)




A propos Doop 231 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.