La suite de Watchmen est-elle toujours aussi décevante ? [critique de Doosmday Clock 5 et 6]

Les 4 premiers numéros de Doomsday Clock sont bien pâles et souffrent de la comparaison avec Watchmen. La série évènement de Geoff Johns et de Gary Frank arrive maintenant à la moitié de son développement. Et si pour le moment, on ne voit toujours pas où l’auteur veut en venir, on a cette fois-ci 2 épisodes plus denses, qui lèvent un peu le voile sur le futur de l’univers DC.
■ par Doop

 

La suite de Watchmen est-elle toujours aussi décevante ? [critique de Doosmday Clock 5 et 6]

 

De bien meilleurs épisodes

Je n’attendais pas grand-chose de cette suite officielle de Watchmen. Les 4 premiers numéros m’avaient laissé dubitatifs sur la direction envisagée par Gary Frank et Geoff Johns, incompréhensible. Si le but reste toujours le même (faire interagir l’univers des Watchmen avec le futur de l’univers DC), l’exécution laissait à désirer. Des personnages bien fades (Le Mime et Marionnette), des héros pas à la hauteur de leur version de base (Rorschach, Ozymandias) et une volonté de copier maladroitement les tics d’écriture de la série (gaufrier à 9 cases, histoire dans l’histoire), tout cela partait bien mal. Ces 2 nouveaux épisodes sont pourtant de meilleure qualité. Alors qu’on avait l’impression d’une redite de Watchmen, Geoff Johns essaye cette fois-ci de nous donner un aperçu du futur de l’univers DC. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce dernier risque d’être totalement différent.

 

La suite de Watchmen est-elle toujours aussi décevante ? [critique de Doosmday Clock 5 et 6]

 

Noir, c’est noir

Avec Geoff Johns, on se doute bien que Doomsday Clock ne va pas être très drôle, ce dernier étant un habitué des récits gores et sales (Blackest Night, Green Lantern). Sa proposition est pourtant intéressante, avec un sous-contexte qui tend à rapprocher l’univers DC de celui des Watchmen : une terre où les métahumains sont désormais devenus suspects et où personne ne leur fait plus confiance. Ce changement, plutôt réussi dans les pages de Doomsday Clock (et bien approfondi avec les bonus en fin d’ouvrage) est quand-même assez radical. On peut légitimement se demander si DC Comics va adapter l’ensemble de ses séries sur le modèle proposé ici. Personnellement, je ne pense pas que les éditeurs de la compagnie aient les compétences nécessaires. De plus, je ne sais pas si c’est une bonne idée, de rendre l’univers DC aussi noir que ce qui nous est décrit ici.

 

La suite de Watchmen est-elle toujours aussi décevante ? [critique de Doosmday Clock 5 et 6]

 

Bien plus centré sur DC que sur Watchmen

À LIRE AUSSI : De Watchmen à Doomsday Clock : 30 ans de conflits entre Alan Moore et DC Comics…
Quoi qu’il en soit, l’épisode 5 nous propose une confrontation entre Batman et Ozymandias tout en nous teasant le retour de quelques séries phares qui ont disparu depuis un moment (fans de la Légion et de la JSA, réjouissez-vous, même si rien n’est encore officiel). Superman revient (on ne l’avait plus vu depuis la dernière page du 1er numéro) et Black Adam semble jouer un rôle important qui ressemble un peu à ce qu’il faisait dans les pages de 52, la maxi-série. C’est le volume le plus réussi depuis le début. L’épisode 6 quant à lui fait le tour de tous les vilains de l’univers, les réunissant dans un tunnel de Gotham avec en invités surprise le Joker, Marionnette et le Mime. C’est un peu moins bon car Johns s’attarde sur le passé de ces 2 derniers personnages que je trouve un peu quelconques. D’un autre côté, ils viennent de tellement loin (quasiment une note de bas de page dans Watchmen) qu’il fallait bien les développer un peu, surtout qu’ils risquent d’avoir un rôle prépondérant par la suite. Après, on en arrive quand même à la moitié de la série et pour le moment, on a toujours l’impression d’une grosse mise en place. Il va falloir passer rapidement aux choses sérieuses si Johns ne veut pas que la série ne reste que dans la superficialité. Une toute petite phrase sur les dessins, qui restent toujours aussi bons. Même si on peut constater une amélioration, c’est quand même LA seule certitude de Doomsday Clock pour l’instant. ■




A propos Doop 189 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.