Harley & Ivy : comics brutal et road-trip sensible pour Harley Quinn et la nouvelle Poison Ivy !

 

Comics Harley & Ivy
(image : © DC Comics)

 

Harley & Ivy, nouvelles Thelma et Louise

Un récit sur 2 jeunes femmes fortes, aux destins et esprits troublés, qui se lancent sur les routes américaines pour fuir des événements terribles, cela rappelle Thelma et Louise, film de Ridley Scott. Harley & Ivy ne partage cependant ni le final mortel du long-métrage, ni ses rebondissements. L’on peut cependant voir quelques similitudes dans l’approche générale, notamment cette fuite en avant de 2 femmes perdues, qui veulent simplement vivre libres. Harley & Ivy apparaît ainsi comme une belle et forte ode à la liberté individuelle, et le besoin d’exister même après des actes abominables – subis ou réalisés. Poison Ivy tente de se remettre d’un événement traumatisant, la mort, alors que Harley Quinn court après un statut de superhéroïne qu’on lui refuse toujours par ses précédents liens avec le Joker. Et, surtout, une relation humaine forte, un lien puissant entre Harley et Ivy, qu’on peut voir comme une forme de romance, bien qu’on se concentre ici sur une amitié sincère et définitive. Une « bromance », l’amitié totale, autant réussie que touchante.

 

Comics Harley & Ivy
(image : © DC Comics)

 

Un récit faussement classique

La scénariste Jody Houser semble proposer un récit classique, avec un road-trip prévisible, quelques apparitions de personnages connus puis une grande mêlée générale. Mais l’autrice a l’intelligence de troubler son jeu, via une révélation finale surprenante et troublante mais aussi par les éléments au cœur de son récit. Jody Houser raconte en effet une aventure de Harley Quinn et Poison Ivy, avec de l’humour, des gags, des super-pouvoirs. Mais elle évoque bien cette quête d’identité, cette lutte pour survivre et s’imposer contre les événements passés. Harley & Ivy sonne alors comme un récit agréable, mais surtout pertinent dans son approche de liberté ici féminine. Un propos finalement similaire à la saga Female Furies, de la même dessinatrice.

 

Comics Harley & Ivy
(image : © DC Comics)

 

Un graphisme malheureusement inégal

Adriana Melo signe en effet les dessins de Harley & Ivy, sous couvertures de Mikel Janin. Ses planches paraissent meilleures, plus cadrées que dans Female Furies, mais le rendu demeure inégal. Certaines cases sont de grande qualité, avec de belles illustrations des pouvoirs et des événements. Mais d’autres « retombent » rapidement, avec des dessins corrects mais sans fougue ou puissance. Le graphisme alterne ainsi entre des rendus classiques, ni bons ni mauvais, et des images belles et fortes, mais irrégulières. Il est dommage que le dessin ne suive pas la qualité du scénario de Jody Houser, plus fin qu’on ne le pense au 1er abord pour ce récit prenant et surprenant, par ses thèmes et son approche. La preuve que du décrié Heroes in Crisis peut sortir une belle et bonne saga !

Comics Harley & Ivy
(image : © DC Comics)

Harley & Ivy est un comics publié en France par Urban Comics.




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*