Future State – Batman, tome 1 : Un Batman du futur convaincant dans un comics dystopique consacré aux héros de Gotham

Future State Batman
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

Des histoires complémentaires intéressantes…

Au sommaire de Future State – Batman, on retrouve donc d’autres personnages liés à Gotham City. Comme par exemple Katana et le Signal, alias Duke Thomas qui sont au sommaire des Outsiders. Dans un album où on ne parle pas des autres héros DC, cette histoire permet notamment de sortir un peu de Gotham City, et d’explorer sa périphérie tout proche. De plus, les Batgirl se devaient forcément d’être présentes, c’est le cas avec une histoire qui se déroule dans une prison : capturée par les hommes du Magistrat, « Cass » est enfermée dans le même pénitencier que Spoiler. Un hasard ? Pas vraiment, car Cass entend bien explorer les sous-sols de la prison, qui accueillerait un prisonnier « prestigieux ». Qui est-il ? Mystère… Vita Ayala et Aneke troussent un récit court et rythmé qui fait la part belle aux différentes Batgirl.

 

Future State Batman
(image © DC Comics, Urban Comics)

 

… Et d’autres récits moins passionnants !

Comme Future State – Batman est une mosaïque de récits imaginés par différents duos, il y a aussi un peu de déchet. Rien de dramatique, qu’on se rassure, mais les segments consacrés à Robin et à Harley Quinn sont franchement en-dessous. Dans « Immortel », Robin va découvrir une utilisation originale des Puits de Lazare. Les dessins d’Eddy Barrows assurent comme d’habitude le spectacle, mais l’histoire est anecdotique (tout au plus, elle explique comment Spoiler finit en prison). Dans ses épisodes solo, Harley Quinn se retrouve « au service du Magistrat » : emprisonné, elle collabore avec l’Épouvantail à l’arrestation d’autres supervilains en échange de plusieurs allégements de peine. Mais l’Épouvantail a-t-il réellement le contrôle de la situation ? La scénariste Stephanie Philips ne parvient jamais à exploiter vraiment son idée et on s’ennuie un peu, malgré les dessins originaux de Simone DiMeo.

 

 

 

Un ordre pas des plus judicieux de la part d’Urban

Urban Comics choisit d’ouvrir ce Future State – Batman par 2 épisodes avant d’enchaîner sur The Next Batman. Hélas, ces 2 épisodes qui sont pas des plus réussis sont censés nous plonger directement dans le Gotham de Future State, sans réelles explications. Un peu abrupte comme 1re approche, au point qu’on est perdu dès les 1res pages de l’album. Manque de chance, le Batman/Superman se concentre sur un détail du nouvel environnement : l’interdiction des masques dans Gotham, mais en début d’album, on n’a pas encore en main cet univers si bien qu’il est difficile d’apprécier le fond de l’intrigue. Un épisode pas mauvais mais pas idéal donc pour une introduction à Future State. Vient ensuite Les Sirènes de Gotham, catastrophique, réunissant au casting Catwoman et Poison Ivy. Paula Sevenbergen livre une histoire complétement sans intérêt à la limite d’une parodie girly. Même Emanuela Lupacchino, que j’aime beaucoup d’ordinaire, semble se désintéresser de ses héroïnes, c’est dire. Urban Comics a fait le choix de tout publier, en regroupant les histoires par famille, et cela amène forcément un peu de déchet. Au final, Future State – Batman propose suffisamment d’histoires intéressantes pour qu’on mérite de s’y pencher, The Next Batman en tête. Même si les récits livrés ici sont complets, Future State – Batman se poursuit dans un tome 2 à paraître prochainement. ■

Future State Batman
(image © DC Comics, Urban Comics)

Future State – Batman est un comics publié en France chez Urban Comics. Il contient Future State – Batman/Superman 1-2 ; Future State – The Next Batman 1-4 ; Future State- Robin Eternal 1-2 ; Future State – Harley Quinn 1-2.




A propos Stéphane Le Troëdec 550 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*