Venom contre Wolverine, la baston délirante et inédite en VF (Venom : Tooth and Claw 1 à 3)

(image © Marvel Comics)

Wolverine et Venom sont engagés dans une bagarre qui va les conduire dans un espace inter-dimensionnel. Ils devront affronter la fatale Chimera ainsi que Dirtnap, le rat mutant qui parle !
■ par Doop

 

Avant de rentrer proprement dit dans le résumé de Venom : Tooth and Claw, faisons une très rapide présentation des protagonistes : Dirtnap est un mutant avec la capacité d’absorber les propriétés et la forme des êtres vivants. Il a rencontré Wolverine plusieurs fois, notamment en absorbant un jeune garçon dans Wolverine n°95 (1995). Chimera est une pirate inter-dimensionnelle qui a déjà essayé de tuer Wolverine plusieurs fois. Sa 1re apparition date de 1996 (Wolverine n°97). Enfin, Landau, Luckman et Lake est une entreprise intergalactique qui a établi une structure judiciaire sur Terre. Emmett est un jeune coursier employé par cette compagnie.

 

Venom avalé par un rat géant mutant (image © Marvel Comics)

 

Venom avalé par un rat géant qui parle…

Alors qu’Eddie Brock se balade tranquillement dans la rue, il est interpelé par un rat qui parle ! Vous l’aurez compris, il s’agit de Dirtnap qui essaye d’absorber le symbiote. Oui, on en est qu’au résumé de la 1re page, et déjà, je sens que la lecture va être très très longue. Dirtnap prend donc l’apparence d’Eddie et se dirige vers les bureaux de Landau, Luckman et Lake. Dans quel but ? Assassiner Wolverine, qui se trouve dans la salle d’attente ! Pendant ce temps, les petits amis skaters d’Eddie (on va continuer à les appeler jusqu’au bout les petits skaters, de toute façon, cela fait plusieurs numéros qu’ils n’ont pas de nom) débarquent dans le métro sur leurs planches à roulettes. Ils se trouvent nez à nez avec… Un œuf mécanique. À leur contact, l’œuf grandit et devient un vaisseau ! Confirmation. Ça va être très TRÈS long ! Il s’agit certainement du vaisseau de l’alien xénophage apparu dans Venom :The Hunted. De son côté, Donna, le symbiote féminin, essaye aussi de retrouver ce vaisseau. Elle pense que ce dernier contient un système de localisation qui lui permettra de retrouver et de détruire les symbiotes restants de l’invasion (durant l’arc Planet of the Symbiotes). Donna entre dans le vaisseau et trouve les petits skaters en train de s’amuser à toucher à tous les boutons. Elle essaye d’intervenir mais trop tard : le vaisseau s’envole et part directement rejoindre la dernière cible désignée avant la mort du xénomorphe : Venom.

 

À travers la porte des WC (image © Marvel Comics)

 

Les petits skaters débarquent dans les WC

Dans les bureaux de Landau, Luckman et Lake, Emmett, le petit assistant (déguisé en Cable version Mojoland) fait prendre conscience à Eddie Brock que quelque chose ne colle pas, ce que Wolverine avait déjà senti. Wolverine reconnaît Dirtnap et la bataille s’engage. Venom arrive à s’extraire du rat géant qui parle et Wolverine s’apprête à lui asséner le coup de grâce. Il s’interrompt lorsque le méchant lui indique que s’il le tue, il tuera avec lui toutes les personnalités qu’il a absorbées, dont le petit garçon de Wolverine n°95. Logan hésite contrairement à Venom, qui se fout de la vie du garçon comme de sa 1re chemise (au moins autant que Larry Hama se moque de la consistance de son histoire). Il n’aura pourtant pas le temps de porter sa menace à exécution. En effet, le vaisseau de Donna et des petits skateurs arrive ! Durant la bataille, la chambre dimensionnelle de Landau, Luckman et Lake a été endommagée (pour info,la chambre dimensionnelle est appelée en VO Warp Chamber et l’on verra souvent la porte des WC, c’est vrai !). Une porte s’est ouverte par laquelle tous nos protagonistes passent et se retrouvent dans un espace inter-dimensionnel.

 

 

Vous avez du mal à comprendre ce qui se passe ? Rien d’étonnant, nous aussi ! (image © Marvel Comics)

 

Dirtnap absorbe plus et mieux que les autres

Dirtnap absorbe alors Donna, qui ne peut rien faire même en version symbiote. C’est le moment que choisit Chimera, une ennemie de Wolverine, pour apparaître. Elle avait été convoquée par Dirtnap pour affaiblir Wolverine avant l’apparition de Venom et l’ouverture de la porte des WC ! Cette dernière envoie des spectres contre Venom et Wolvie. Après s’être défaits de leurs ennemis, le duo forme une alliance et part à la recherche de Chimera et de Dirtnap, qui ont kidnappé le vaisseau des petits skaters. Chimera retourne sur terre et envoie une bombe qui transforme la porte inter-dimensionnelle en trou noir (ou un truc dans le genre). Mais Emmett réussit à reboucher le trou et à retrouver la trace de Chimera. La méchante a laissé Dirtnap attaché comme appât. Alors que Venom et Wolverine continuent de s’engueuler pour savoir s’il faut le tuer ou non, Chimera et ses spectres attaquent ! Wolverine se bat contre Chimera tandis que Venom affronte Dirtnap, affaibli de l’intérieur par Donna et son symbiote. Finalement, Donna arrive à extraire toutes les personnalités absorbées par Dirtnap, qui reprend son apparence normale : un gars moche et difforme (ou bien est-ce dû aux dessins de Joe St Pierre?). On retrouve donc le petit garçon de Wolverine n°95 (il n’a pas d’autre nom) et l’agent spécial Daryl Smith de la Mutant Task Force (une branche de la NSA qui s’occupe des mutants) dont la tâche était de capturer Dirtnap avant que ce dernier ne l’absorbe.

 

Dirtnap recrache (image © Marvel Comics)

 

Dirtnap finit dans le trou des WC !

Profitant de la confusion, Chimera relance ses bombes qui transforment l’espace inter-dimensionnel en trou noir. Si le vaisseau des petits skaters réussit à récupérer Donna, Wolverine et Venom, ce n’est pas le cas de Dirtnap et de Chimera (c’est d’ailleurs un peu débile de lancer une bombe à trou noir lorsqu’on n’a aucun moyen d’y échapper, mais bon, on ne va même plus s’arrêter à ça). Si tout le monde est sauf, le vaisseau est cependant toujours à la dérive dans l’espace entre les dimensions. Qu’à cela ne tienne, pour rejoindre la Terre il suffit juste de brancher les capteurs du vaisseau sur un symbiote se trouvant sur terre : Carnage.

 

Une page qui résume parfaitement le niveau de la série (image © Marvel Comics)

Mon avis sur Venom :Tooth and Claw

Que dire ? J’ai honte… Aucune des phrases de ce résumé n’a de sens, tout comme Venom :Tooth and Claw qui n’est absolument pas une série Venom (qui ne sert à rien de toute l’histoire), mais la suite de Wolverine n°95, numéro réalisé par Larry Hama et Joe St Pierre !!! Si vous n’avez pas lu ce numéro, Venom :Tooth and Claw ne sert objectivement à rien puisque Larry Hama ne donne aucune explication. Parfois il y a des combinaisons scénariste/dessinateur qui fonctionnent parfaitement : Claremont/Byrne ; Wolfman/Perez ; Peter David/Leonard Kirk. Ici, on a l’impression que Larry Hama et Joe St Pierre jouent à rivaliser de bêtise, à voir lequel des deux pourra pousser le ridicule au maximum. Si ces deux-là étaient des élèves, il faudrait faire passer le mot aux professeurs de les séparer immédiatement !  Le scénariste continue de poser ses idées farfelues, ce qui pourrait à la rigueur être un tout petit peu sympathique si c’était un tant soit peu développé. Mais dans le cadre de cette histoire cela rajoute uniquement à la confusion. Confusion est d’ailleurs un mot particulièrement approprié pour parler des dessins de Joe St Pierre, moches et/ou illisibles. On ne comprend pas ce qui se passe, les personnages sont difformes et changent d’apparence plus souvent que Dirtnap et les scènes de bagarre sont incompréhensibles. C’est donc encore une catastrophe absolue… Mais ne vous affolez pas… Larry Hama va rester jusqu’au bout sur ces mini-séries Venom ! Un véritable bonheur, je vous dis ! ■

Couverture de Venom : Tooth and Claw n°1 (image © Marvel Comics)




A propos Doop 237 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.