La création du Dr Strange par Steve Ditko

Cinquième partie de notre dossier consacré à la carrière de Steve Ditko. Cette fois-ci, Top Comics s’intéresse aux coulisses de la création du Maître des Arts Mystiques… le Docteur Strange !
■ par Doop

 

Petite anecdote : après avoir été le 1er à dessiner le costume rouge et or d’Iron Man, Steve Ditko dessine pour la 1ère fois le fameux « cartouche » Marvel sur la couverture d‘Amazing Spider-Man #2, c’est-à-dire un logo rectangulaire en haut à gauche du comics avec la tête du personnage principal à l’intérieur du cadre et le nom Marvel au-dessous. Cette idée est particulièrement judicieuse puisqu’elle permet de repérer instantanément les revues de la firme dans les stands ou dans les supermarchés au milieu des dizaines d’autres titres qui étaient proposés.

 

 

Les débuts timides du Dr Strange

En 1963, c’est le Dr Strange qui fait son apparition aux côtés de la Torche dans Strange Tales #110. Si le 1er épisode est signé Stan Lee et Steve Ditko, le personnage est véritablement une création à part entière du dessinateur que ce dernier a proposé à son éditeur. Au départ (tout du moins), Stan Lee ne semble pas croire en ce personnage de magicien. Pour preuve, sa 1ère histoire ne fait que 5 pages et il n’apparaît même pas en couverture du magazine qui donne toujours la priorité à Johnny Storm. Les origines du Docteur Strange, qui ne sont expliquées qu’à partir du n°115 de Strange Tales, sont sensiblement comparables à celles du Dr Droom, un héros de 2nde zone de Timely Comics, crée en 1961 par Stan Lee (et rapidement tombé dans l’oubli au bout de quelques pages seulement).

 

 

Des dessins psychédéliques

Le Dr Strange reste néanmoins un personnage différent et très décalé par rapport au reste de la production Marvel. En effet, contrairement à ce que propose Steve Ditko dans les pages d’Amazing Spider-Man, la série ne repose que sur son héros principal. Il n’y a aucun personnage secondaire développé et le bon docteur n’a aucune vie personnelle en dehors de ses aventures mystiques. De plus, le côté magique de l’intrigue permet à Steve Ditko de se lancer dans de nombreuses planches colorées. Ces illustrations sont considérées comme psychédéliques, aux paysages bizarres et aux courbes arrondies qui tranchent singulièrement avec le style Marvel et encore plus avec les dessins de Dick Ayers sur la Torche Humaine (qui ouvrent le magazine Strange Tales). Steve Ditko cherche véritablement à pousser la série le plus loin possible dans la métaphysique et développe un style tout en étrangeté où la gravité n’a plus de prise.

 

 

Dormammu ou Baron Mordo : des adversaires hors normes

Avec l’aide de Stan Lee, Steve Ditko propose au bout de quelques mois une aventure qui se déroule sur 17 épisodes. Il y oppose le Docteur Strange au Baron Mordo (son ennemi récurrent) mais aussi à des démons trans-dimensionnels, comme le terrible Dormammu dont le visage est composé de flammes vivantes, ou même à des personnifications de concepts abstraits comme Éternité ! Cette saga, depuis rééditée dans de nombreux formats, peut largement prétendre au titre de meilleure saga mystique de tout l’univers Marvel. Le Docteur Strange acquiert rapidement la réputation (justifiée) d’une série très différente des autres. ■




A propos Doop 251 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.