Amazing Spider-Man, tome 1 : Peter Parker face à lui-même et à une nouvelle vie !

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

En 2018, Nick Spencer et Ryan Ottley débarquent sur le comics Amazing Spider-Man. Ils ouvrent une ère nouvelle tout en revenant à une version plus traditionnelle du superhéros. Un point de démarrage intéressant pour suivre les nouvelles aventures de Spider-Man.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

Nick Spencer et Ryan Ottley arrivent sur Amazing Spider-Man pour dynamiser la vie de Peter Parker. L’affiche est belle, et pour cause. Le scénariste Nick Spencer, devenu un des scénaristes vedettes de Marvel Comics, adore les loosers flamboyants : on l’a connu particulièrement à l’aise sur des séries comme The Fix ou The Superior Foes of Spider-Man. D’un autre côté, Ryan Ottley a dessiné Invincible, rien moins qu’un des meilleurs comics de superhéros de ces 15 dernières années. Autant dire que j’étais curieux de découvrir ce que ces artistes allaient faire avec un personnage comme Spider-Man !

 

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Spider-Man et Peter Parker face à de nombreuses menaces

Le quotidien de Peter Parker vire peu à peu au cauchemar. La faculté le soupçonne publiquement d’avoir triché pour obtenir son diplôme et le voici rapidement viré de son poste de responsable éditorial au Daily Bugle ! Sans revenu régulier, Peter Parker doit louer un appartement miteux avec un ami. Hélas, ils doivent aussi supporter la présence d’un 3e co-locataire bien lourdingue… Or ce dernier n’est autre que le supervilain appelé Boomerang. De retour à la fac pour repasser son diplôme, il intègre les cours du Dr Curt Connors alias le Lézard. Et ce ne sont là que quelques-unes des multiples menaces qui semblent planer autour de Spider-Man. Ainsi, Wilson Fisk, alias le Caïd, devenu maire de New York, tente de se faire passer pour un ami du héros, ce qui éveille vite la suspicion des Avengers et autres superhéros de la ville. Une impopularité qui tombe au mauvais moment puisque New York est envahie par des extraterrestres. De plus, dans l’ombre, un mystérieux personnage semble avoir un compte à régler avec Spider-Man et suit les ennemis « historiques » du héros comme Mysterio ou le Maître des robots. Mais dans l’immédiat, Peter Parker doit affronter un danger plus urgent et inattendu : projeté par mégarde sur un accélérateur de génome isotope du labo de Curt Connors, il devient la victime d’une réaction surprenante de l’appareil : notre héros se dédouble ! Il y a donc d’un côté le Peter Parker et de l’autre Spider-Man avec ses superpouvoirs. Hélas, rapidement, Peter comprend que son double n’a pas hérité de son sens des responsabilités. Et le je-m’en-foutisme de cet ersatz de Spider-Man pourrait bien mener la ville au désastre…

 

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Nick Spencer ou le changement dans la continuité

Ce 1er tome de la nouvelle série Amazing Spider-Man de 2018 est sous-titré « Retour aux fondamentaux », ce qui colle parfaitement avec les intentions affichées de Nick Spencer. Après le très long run de Dan Slott, qui aura vu Peter Parker devenir chef d’entreprise ou être possédé par un génie du mal, Nick Spencer décide de revenir à une version plus classique de Spider-Man. Professionnellement, Peter Parker quitte le Bugle, revient sur les bancs de la fac et doit co-louer un appart’. On retrouve donc d’un certain côté le Peter Parker looser qu’on aime. D’un autre côté, le côté cœur on va dire, les choses vont mieux pour Peter, puisque Nick Spencer réinstaure sa relation amoureuse avec Mary Jane. Le couple a compris que rien ne va être simple, mais Peter comme MJ sont convaincus qu’ils sont faits pour être ensemble, malgré les difficultés. Pour être honnête, le lecteur pas très attentif aux noms des auteurs ne verra probablement pas qu’il y a eu un changement de scénariste. Nick Spencer s’installe dans le moule de son prédécesseur, avec lui aussi beaucoup de légèreté et de nombreuses blagues, même s’il a sa manière bien à lui d’amener les choses. Et Nick Spencer pose manifestement les bases de son run et place déjà ses pions. En fil rouge, il y a ce supervilain dans l’ombre qui semble bien connaître le héros…

 

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Sans superpouvoirs, Peter Parker reste-il toujours Spider-Man ?

L’idée d’un double « je-m’en-foutiste » de Spider-Man aurait pu être une idée de Dan Slott. Celui-ci avait d’ailleurs créé quelques années plus tôt le Spider-Man Supérieur, c’est-à-dire un Spider-Man possédé par le génie du mal, le Dr Octopus. Dan Slott en profitait pour montrer à quel point Peter n’utilisait pas toutes ses ressources, ou qu’il les utilisaient pas de manière optimum. L’idée du double façon Nick Spencer y ressemble un peu, mais le nouveau scénariste l’utilise pour montrer une autre facette du héros. Dire qu’il y a d’un côté le costume et les superpouvoirs de l’Araignée, mais que de l’autre, c’est de Peter Parker que vient le fameux sens des responsabilités. Et donc qu’un Spider-Man sans Peter, ce n’est plus tout à fait Spider-Man. Nick Spencer tire la même conclusion avec MJ, qui admet que Peter sans Spidey, ce n’est plus tout à fait Peter non plus.

 

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Peter Parker et Frederic Myers, 2 loosers pour le prix d’un ?

Nick Spencer aime les perdants et donc écrire les aventures de Peter Parker coule de source. Dans ces 5 épisodes d’Amazing Spider-Man (plus un special Free Comic Book Day), les choses se jouent à 2 niveaux. D’abord, Peter revient à un quotidien compliqué, où rien ou presque ne lui réussit. Le genre de type auquel le lecteur peut s’identifier facilement. Surtout que ces 1ers épisodes d’Amazing Spider-Man sont gratinées tant le pauvre Peter enchaîne tuile sur tuile. Le 2e niveau, c’est de lui coller dans les pattes un autre perdant magnifique en la personne de Boomerang alias Frederick Myers. On sent bien que Nick Spencer prend plaisir à lui trouver de la place dans une série déjà bien chargée côté casting. Il lui offre le rôle du co-locataire très lourdingue mais très attachant, qui lui va comme un gant. Frederic Myers, c’est le type qui va jouer à la console toute la nuit en gueulant à tout va et en vidant votre frigo, l’incarnation du sans-gêne. Sa présence rappelle évidemment la série The Superior Foes of Spider-Man où déjà Boomerang jouait un rôle important. Et on imagine déjà que sa présence dans le même appart’ que Peter va compliquer la vie de Spider-Man dans les numéros à venir…

 

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

 

Ryan Ottley sur Spider-Man, comme une évidence mais avec un bémol

C’est peu dire que Ryan Ottley était attendu au tournant de cette nouvelle série Amazing Spider-Man. Ryan Ottley s’est fait remarquer chez Image Comics avec la série à succès Invincible, co-créée avec Robert Kirkman. Son arrivée sur Spider-Man était attendue. Je suis pour ma part un peu partagé car je ne suis pas très fan de son style : je trouve ses visages un peu trop « carrés » et j’ai un réel problème avec sa façon de dessiner les mâchoires et les dents de ses persos. Mais j’admets que son style marqué s’adapte bien à l’ambiance voulue par Nick Spencer. Dans ces 1ers épisodes, le scénariste lui offre sur un plateau l’occasion d’illustrer une large galerie de supervilains. Ses versions du Caïd, du Lézard, de Mysterio et cie sont convaincantes et je pense que Ryan Ottley est plus à l’aise sur la partie « superhéros » du titre que sur la partie « soap ». Les scènes d’acrobaties de Spider-Man sont plus réussies à mon goût. Cela dit, voir un trait nouveau sur une série comme Amazing Spider-Man apporte une nouveauté bienvenue, et marque graphiquement le début d’une nouvelle ère. Ce « retour aux fondamentaux » atteint son objectif : renouveler Spider-Man sans tout chambouler. Les nouveaux lecteurs s’y retrouveront facilement tandis que les vieux routards apprécieront sûrement ce retour à une version plus classique et canonique de Spider-Man. ■

Amazing Spider-Man 2018 1
(image © Marvel Comics, Panini Comics)

Amazing Spider-Man, tome 1 : Retour aux fondamentaux est un comics publié en France par Panini Comics. Il contient : Free Comic Book Day 2018 (Amazing Spider-Man) et Amazing Spider-Man (2018) 1-5.

 

LIRE AUSSI : Spider-Man : 10 pouvoirs méconnus de l’Araignée de Marvel !

Spider-Man pouvoirs méconnus
(image © Marvel Comics)




A propos Stéphane Le Troëdec 526 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*