Avec Les Éternels, Jack Kirby enrichissait l’univers cosmique de Marvel [la critique]

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)

Avec Les Éternels, Jack Kirby développe tout un pan cosmique de l’univers Marvel. Même si la fin est un peu en dessous, je ne saurais vivement vous recommander la lecture de ce livre, indispensable pour tout fan de comics qui se respecte.
■ par Doop

 

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)

1970. Jack Kirby quitte Marvel avec fracas et part chez DC Comics créer une nouvelle mythologie bien à lui : la saga du Quatrième Monde qui, faute de lecteurs, s’arrête quelques années plus tard sans avoir de fin (il faudra attendre quelques temps avant de lire le dernier épisode). 1976. Kirby revient chez Marvel et reprend certains concepts laissés de côté lors de sa saga. Il propose Les Éternels et de ce fait, rajoute une branche à la catégorie des races extraterrestres de chez Marvel. Kirby est un auteur qui fourmille d’idées et nous présente en un seul épisode une nouvelle race de dieux (les Éternels) mais aussi de démons (les Deviants) et une nouvelle catégorie d’êtres suprêmes : les Célestes. Autant vous dire que, même si la série a connu un succès mitigé, tous ces personnages sont un pan important de l’univers cosmique de la Maison des Idées encore aujourd’hui.

 

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)

Le départ en fanfare de la série Les Éternels

Il faut que je vous avoue que Jack Kirby, le dessinateur des Éternels, n’est pas l’artiste que je préfère. Petit déjà, je n’aimais pas ses dessins et je préférais les 4 Fantastiques surtout pour les histoires. Les années passant, j’ai appris à comprendre le travail de l’artiste avec des séries comme Kamandi ou son travail sur le Quatrième Monde. Sans renier le fait que Kirby soit l’un des individus les plus importants et les plus influents de l’histoire des comics, je suis loin d’être un fan hardcore. Et pourtant, la qualité des 1ers épisodes de la série Les Éternels est tout simplement bluffante ! Il y a un changement de point de vue à chaque épisode, ce qui dilue peut-être un peu l’action mais qui se prête parfaitement à une lecture en recueil. Kirby oriente son récit non pas sur les groupe des Éternels, mais sur quelques membres (Ikaris et Circé) et réalise même un épisode complet sur les Déviants. C’est surprenant et on comprend que les Éternels ne sont là que pour permettre à Kirby d’étendre l’univers Marvel. Certaines idées sont brillantes, comme ce Déviant qui se voit rejeté « parce qu’il est beau ». Cela permet à l’auteur de donner son point de vue sur la différence (sujet qui lui tient à cœur et qu’il avait déjà traité dans Nick Fury). Kirby essaye de nous surprendre à chaque page : on pense que l’enjeu de la série est la bataille qui oppose les Éternels et les Déviants mais il n’en est rien. Si les 2 races ne s’apprécient pas plus que ça, elles interagissent et doivent surtout faire face à une menace encore plus grande, celle des Célestes.

 

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)

La série Les Éternels était-elle trop ambitieuse ?

Les 2 premiers tiers des Éternels (jusqu’à l’annual) sont vraiment excellents. Cela se gâte par la suite. On sent que la série ne devait pas fonctionner aussi bien que prévu et que Marvel a demandé à Kirby d’inclure au forceps plus de héros connus dans ses histoires. Par exemple, nous avons des épisodes avec Hulk en guest-star qui ne servent quasiment à rien. L’histoire n’avance plus et il n’y aura, comme avec Le Quatrième Monde, pas véritablement de fin. Les intrigues en cours seront résolues par Roy Thomas dans la série Thor. Je pense que les idées et l’inventivité de Kirby ont dérouté le lecteur, et que ce dernier s’est retrouvé un peu perdu quand il a vu que cela ne fonctionnait pas et qu’il allait devoir faire quelques concessions.

 

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)

Des dessins exceptionnels

Si la fin est un peu gâchée, c’est en revanche un régal au niveau des dessins. Certaines pages sont de purs chef d’œuvres. Kirby a les coudées franches pour écrire et dessiner ce qu’il veut, et cela se voit ! Il se fait plaisir et nous donne par la même occasion tout ce qu’il faut pour réjouir nos pupilles. La puissance et l’énergie du dessinateur sont vraiment hors normes et je pourrais même aller jusqu’à dire que c’est son meilleur travail. ■

Le passé reste éternel [Les Éternels, la critique]
(image © Marvel)




A propos Doop 231 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.