Dans Sub Diego, Aquaman explore la face obscure des océans [critique d’Aquaman tome 1]

(image © DC Comics)

Dans Sub Diego, Aquaman, le roi destitué de l’Atlantide, se trouve un nouveau peuple à protéger ! Will Pfeifer lance le super-héros aquatique de DC Comics dans de nouvelles aventures qui naviguaient en 2005 entre le classique et l’originalité. Le tout servi par les dessins d’un jeune débutant, Patrick Gleason !
■ par Stéphane Le Troëdec

(image © DC Comics)

Un terrible raz de marée ravage la côte de Californie et la ville de San Diego est engloutie dans l’Océan Pacifique. Après avoir parcouru les fonds à la recherche d’éventuels survivants, Aquaman est formel : personne n’a réchappé à la catastrophe. Pourtant, quelques jours plus tard, un jeune garçon s’extirpe de l’océan avant de venir mourir sur la plage. Après autopsie, Aquaman découvre que le garçon a connu une mutation et des branchies lui ont poussé sur le cou ! Il n’est pas mort noyé, mais bien d’asphyxie car il ne pouvait plus respirer sous l’eau…

 

(image © DC Comics)

 

Une aventure entre renouvellement et ambigüité

Le tome 1 d’Aquaman démarre par une scène impressionnante : Aquaman nageant sous l’eau parmi les décombres suite au raz de marée qui a détruit San Diego. Dans un passage quasi surréaliste, Arthur Curry évolue au milieu des cadavres des animaux d’un zoo puis ceux des victimes de la catastrophe. Un peu plus loin dans l’épisode, le super-héros assiste à l’autopsie d’un enfant. Des détails macabres qui semblent annoncer que Will Pfeifer, le scénariste, a choisi une approche moderne et peut-être légèrement différente de ce qu’on a l’habitude de lire avec Aquaman. Ou du moins une ambigüité intéressante, comme lorsqu’Arthur découvre la vérité sur les responsables du cataclysme qui a détruit cette partie de la côte californienne. On est loin, très loin, du grand méchant qui veut conquérir le monde. Sub Diego, c’est aussi par moment, des ambiances d’épouvante, avec par exemple une créature qui évoque furtivement le Shoggoth d’H.P. Lovecraft. Étonnant.

 

(image © DC Comics)

 

Aquaman, souverain avant tout

À LIRE AUSSI : Aquaman Rebirth : 5 (très) bonnes raisons de se plonger dans le tome 2 !
Une des composantes habituelles des récits d’Aquaman, c’est que le héros est le souverain de son peuple, les Atlantes, et qu’il cherche à maintenir la paix entre eux et les humains. Or, au début de Sub Diego, Aquaman n’est plus le roi de l’Atlantide, il est en exil. Chassez le naturel, il revient au galop : Will Pfeifer s’arrange vite pour replacer le personnage dans son rôle de représentant et de diplomate. Car dans les décombres de San Diego, sous l’océan, certaines victimes ont survécu après avoir subies une mutation qui leur permet de vivre sous la mer ! En gros, Will Pfeifer imagine une ville et un peuple pour lesquels Aquaman va pouvoir se battre à nouveau. Dès lors, on retrouve les schémas narratifs habituels d’Aquaman. Avec une touche d’originalité bienvenue puisque « Sub Diego » est un monde à part : il s’agit de victimes qui reconstruisent une civilisation dans des ruines. OK, tout se déroule un peu trop vite et de manière peu crédible : on a du mal à croire que ces « mutants » puissent se remettre si vite du choc qu’ils viennent de connaître. Mais W. Pfeifer parvient à rendre cette idée intéressante et attrayante. Idée qu’un nouveau scénariste, John Ostrander (Suicide Squad) va récupérer quelques épisodes plus tard, puisque Pfeifer lui cède sa place en cours d’album.

 

(image © DC Comics)

 

Les débuts de Patrick Gleason en 2005

À LIRE AUSSI : Aquaman part à la reconquête du trône d’Atlantide ! [critique Aquaman Rebirth tome 3]
Patrick Gleason est l’autre centre d’intérêt de ce 1er tome d’Aquaman. Généralement, ce dessinateur est lié à l’univers nocturne de Batman et à Gotham City. Il est donc intéressant de le revoir sur ce titre avec un héros plus « lumineux ». Ces épisodes de Sub Diego datent de 2005, et donc d’avant son run sur Batman & Robin, alors qu’il est encore à cette époque un jeune dessinateur. Patrick Gleason signe ici des dessins épais et n’hésite pas à utiliser de larges zones d’aplat noirs. Son Aquaman est particulièrement musculeux, parfois presque « bovin » avec un cou et des épaules larges. Il se dégage de lui un sentiment de puissance physique, animale, qui n’est pas sans rappeler Jason Momoa qu’on a vu au cinéma dans Justice League et qu’on reverra en décembre 2018 dans le film Aquaman. ■

Couverture d’Aquaman tome 1 Sub Diego (image © Urban Comics)

Aquaman, tome 1 – Sub Diego est un comics de 320 pages écrit par Will Pfeifer et John Ostrander et dessiné par Patrick Gleason. Cet album est publié en France par Urban Comics au prix de 28,00 €. Les épisodes originaux (Aquaman (2003) 15 à 27) sont parus aux USA chez DC Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 345 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.