The Dying and the Dead : Jonathan Hickman enfin accessible ? [critique]

(image © Image Comics)

Dans The Dying and the Dead, d’étranges créatures extra-dimensionnelles missionnent d’anciens soldats à la retraite pour retrouver une arme ancestrale très dangereuse. Jonathan Hickman livre une de ses histoires les plus accessibles relevée par les jolis dessins de Ryan Bodenheim.
■ par Stéphane Le Troëdec

 

 

 

À la fin des années 60, sur une île grecque, un commando massacre un couple le soir de son mariage afin de récupérer un objet mystérieux. L’artefact est convoyé par avion en Allemagne dans une base secrète d’une société secrète. Quelques semaines plus tard, dans un hôpital au Nouveau Mexique, Jim Canning, un ancien soldat, veille sur son épouse en phase terminale d’un cancer. Il est contacté par une entité à la peau d’albâtre et aux vêtements blanc. C’est le représentant d’une civilisation ancienne, qui vit cachée dans une autre dimension. Par le passé, on comprend que Jim a déjà travaillé pour eux. Aujourd’hui, ils le contactent pour une mission : retrouver une relique extrêmement puissante qui pourrait bien sauver ou détruire l’humanité. En échange de son aide, sa femme serait sauvée de sa maladie. Jim accepte ce « contrat » et commence à réunir son ancienne équipe de soldats…

 

The Dying and the Dead (image © Image Comics)

 

Du Jonathan Hickman accessible

Si jusqu’à maintenant vous trouviez les scénarios de Jonathan Hickman illisibles, vous devriez jeter un œil à The Dying and the Dead. L’auteur a signé quelques-uns des crossovers les plus réussis de ces dernières années chez Marvel (Infinity et Secret War). Mais une partie des lecteurs lui ont aussi reproché une écriture alambiquée et par moment quelque peu hermétique. Avec The Dying and the Dead, on peut dire qu’il a choisi de faire des efforts. Certes, on retrouve par moment certains tics d’écriture, principalement dans le 2e épisode. De manière générale, ce tome 1 de The Dying and the Dead se lit sans difficulté, surtout parce que Jonathan Hickman manie des concepts connus mais sans réelle surprise : l’artefact mystérieux, les créatures qui manipulent dans l’ombre l’humanité depuis des siècles, etc.

 

The Dying and the Dead (image © Image Comics)

 

The Dying and the Dead ou le retour des vétérans

Dans The Dying and the Dead, les héros sont d’anciens soldats qui reprennent du service. À la manière d’un comics comme Red, par exemple, quand de vieux barbouzes reprennent du service. Ici, les héros ne sont pas des jeunes propres sur eux. Jonathan Hickman campe les acolytes de Jim Canning de manière efficace et globalement jouissive. Il faut voir l’un d’eux claquer violemment la porte de sa maison de retraite. L’intérêt d’avoir des personnages âgés, c’est surtout de pouvoir détailler leur passé et d’approfondir leurs spécificités. Ainsi, J. Hickman consacre 2 épisodes à un long flashback bourré d’action qui les montre en mission spéciale sur le terrain (et expliquer le lien particulier qui les unit). L’intrigue prend alors un air de comics de guerre. Le revers de la médaille, c’est que The Dying and the Dead avance lentement. Comprendre : on referme ce tome 1 en se disant qu’on en aurait bien repris un peu plus.

 

The Dying and the Dead (image © Image Comics)

 

Des designs impressionnants

Les dessins de Ryan Bodenheim apportent un réel plus à The Dying and the Dead. Son style détaillé et très clair avec de petites hachures rappelle par moment celui de Steve McNiven. Ryan Bodenheim met en scène très efficacement les concepts de Jonathan Hickman. Ainsi, les passages dans la Cité, l’autre dimension, sont impressionnants. Les designs des créatures extra-dimensionnelles très blanches sont aussi une réussite. Des dessins rehaussés par la palette de couleurs pastel choisie par Michael Garland qui n’écrase jamais le trait de Bodenheim. L’ensemble s’avère particulièrement joli et agréable à regarder. Il faudra s’armer de patience pour lire la suite du très bon début de The Dying and the Dead : cet album réunit les épisodes 1 à 5, et le numéro 6 est paru aux USA en août dernier. ■

Couverture du numéro 1 de The Dying and the Dead (image © Glénat Comics)

The Dying and the Dead, tome 1 est un comics de 176 pages écrit par Jonathan Hickman et dessiné par Ryan Bodenheim. Cet album est publié en France par Glénat Comics au prix de 17,50 €. Les épisodes originaux (The Dying and the Dead #1-5) sont parus aux USA chez Image Comics.




A propos Stéphane Le Troëdec 102 Articles
Stéphane Le Troëdec est spécialiste des comics, traducteur et conférencier. En 2015, il s'occupe de la rubrique BD du Salon Littéraire. Puis en 2017, il rejoint l'équipe de Boojum, l'animal littéraire, dont il devient le responsable de la rubrique pop culture. Ses autres hobbys sont le cinéma fantastique et les jeux. Enfin, et c'est le plus important : son chiffre porte-bonheur est le cinq, sa couleur préférée le bleu, et il n’aime pas les chats.