Man and Superman 1 : que faisait Clark Kent à Métropolis AVANT d’être Superman ? [avis]

(image © DC Comics)

Le créateur des New Teen Titans, Marv Wolfman, assure que Man and Superman est la meilleure histoire qu’il ait jamais écrite sur l’Homme d’Acier. Reconnaissons que si Man and Superman n’est pas le récit ultime sur la jeunesse de Clark Kent, il reste toutefois sympathique et agréable à lire, avec quelques innovations et de très jolis dessins. Parfait pour des lecteurs à la recherche des origines du super-héros.
par Doop

 

Si Man and Superman est la meilleure histoire de Superman par Marv Wolfman, on peut se demander pourquoi elle a mis autant de temps à être publiée. En effet, elle date de plus de 10 ans : Man and Superman était prévue pour le magazine Superman Confidential, avant de finir au fond d’un tiroir. L’auteur donne l’explication lui-même en préambule de son ouvrage. Man and Superman a été constamment repoussé car Superman n’apparaît pas dans la moindre case ! e récit s’intéresse avant tout à l’arrivée de Clark Kent à Metropolis avant que celui-ci ne se décide à endosser le costume. De plus, une redite des origines du superhéros en plein reboot new 52 ne semblait pas judicieux. Il a donc fallu attendre tout ce temps et la volonté de DC Comics de renouer avec un esprit plus vintage pour voir débarquer ces 4 épisodes réunis en un seul volume de 100 pages à un prix de 10 $. Là aussi, DC renoue avec la tradition de ses 100 pages giants qui fleurissaient dans les années 60,70 et 80.

 

(image © DC Comics)

 

Une histoire classique mais pas vieillotte et même parfois originale

Man and Superman, c’est finalement le retour de Marv Wolfman sur le plus connu des superhéros. Et généralement, faire revenir d’anciennes gloires des comics n’est pas une bonne idée. Il suffit de lire les dernières œuvres du regretté Stan Lee ou de Chris Claremont pour s’en rendre compte. L’écriture comics évolue, et ce qui en faisait le charme il y a 20 ou 30 ans peut devenir totalement désuet pour le lectorat actuel. Je vous rassure, ce n’est pas le cas dans Man and Superman. Si le texte peut parfois sembler verbeux, le titre ne donne à aucun moment l’impression d’être périmé. C’est assez moderne et ça passe sans difficulté. Man and Superman évite aussi un 2e écueil : celui du manque d’originalité. Des récits sur la jeunesse de Superman, il y en a eu des tonnes et souvent des très bons (American Alien, Birthright, Secret Origins). Proposer quelque chose qui se démarque de toutes ces histoires lues des dizaines et des dizaines de fois est loin d’être une sinécure. Et pourtant, Marv Wolfman et Claudio Castellini y arrivent ! Sans toutefois tout renverser, ils nous proposent quelques moments plutôt inédits, comme les 1ers petits boulots de Clark en tant que balayeur, son appartement minable ou encore une utilisation parfois jamais vue de certains de ses pouvoirs tout en restant dans l’esprit de ce qui définit l’Homme d’Acier !

 

(image © DC Comics)

 

Un bon résumé du personnage

Sans être renversant, Man and Superman s’intéresse à tout ce qui définit Superman en moins de 100 pages. L’éternel conflit entre ses pouvoirs divins et sa volonté d’être avant tout un homme, son éducation dans le midwest et surtout sa relation avec Loïs. C’est d’ailleurs ce point qui est le mieux traité dans Man and Superman. Marv Wolfman et Claudio Castellini prennent un peu l’histoire à l’envers en essayant de nous faire découvrir pourquoi Clark tombe amoureux et surtout, comment Loïs peut remarquer Clark. On a rarement cette version des choses et c’est véritablement bien fait et amené de manière plutôt subtile. On se doute bien évidemment que le récit va se terminer par Clark qui endosse son costume, mais les 2 auteurs nous proposent un trajet plutôt original. Le dernier tiers du récit, présentant Lex Luthor, est toutefois un peu plus poussif. Disons que pour le coup, Marv Wolfman et Claudio Castellini n’arrivent pas à sortir des sentiers battus et à nous proposer des moments originaux dans l’antagonisme Superman/Luthor. C’est dommage mais cela ne doit pas effacer les qualités certaines de Man and Superman.

 

(image © DC Comics)

 

Les superbes dessins de Claudio Castellini pour un bon point d’entrée

Claudio Castellini a disparu des écrans radars depuis environ une quinzaine d’années. Je ne sais pas vraiment ce qu’il est devenu, mais clairement il ne dessine plus pour les compagnies américaines. Certainement un problème de rythme de production, comme beaucoup de dessinateurs européens. Et au vu de son travail sur Man and Superman, c’est une vraie perte. Le dessinateur italien montre qu’il possède tout ce qu’il faut en nous livrant des planches magnifiques, à l’anatomie solide, aux détails qui fourmillent et qui n’entravent absolument pas le fil narratif. C’est certes classique, mais parfaitement exécuté. Je retrouve dans ses planches un peu de John Buscema, et c’est pour moi plus qu’un compliment. Man and Superman nous propose donc une bonne histoire sur les origines de l’Homme d’Acier. C’est un parfait point d’entrée pour les lecteurs qui s’intéresseraient à la vie de Clark Kent avant qu’il ne devienne Superman, réalisé de main de maître par 2 grands auteurs des comics. Vivement une publication en France ! ■

(image © DC Comics)




A propos Doop 244 Articles
Doop lit des comics depuis une quarantaine d'années. Modérateur sur Buzzcomics depuis plus de 15 ans, il a écrit pour ce forum (avec la participation de Poulet, sa minette tigrée et capricieuse) un bon millier de critiques et une centaine d'articles très très longs qui peuvent aller de « Promethea » à « Heroes Reborn ». Il a développé une affection particulière pour les auteurs Vertigo des années 90, notamment Peter Milligan et Neil Gaiman.